En ce moment
 

A Liège, un jeune décède après avoir consommé une drogue de synthèse: la circulation de ces pilules existe depuis plusieurs années

Un jeune de 25 ans est décédé le week-end dernier après avoir consommé une drogue de synthèse. Il aurait acheté cette pilule de type ecstasy dans le Carré, à Liège.

Un suspect a été interpellé. Selon le parquet contacté par Radio Contact, il a comparu devant un juge d’instruction. Il ne s’agirait cependant pas du dealer présumé.

Des analyses toxicologiques sur la victime sont en cours ainsi que plusieurs devoirs d’enquête. 

La plupart de ces drogues circule librement sur le marché et est variablement dosée. "La composition en principes actifs va varier d'une fois à l'autre. Actuellement, on observe une circulation élevée de pilules fortement dosées en MDMA. C'est un phénomène qui existe depuis environ 3 ans", indique Michaël Hogge, chargé de projet à Eurotax - Observatoire des drogues.


La consommation de plusieurs types de ces drogues simultanées

C’est le manque de contrôle qui facilite la synthétisation de ces drogues de synthèse plus fortes. En clair, les producteurs assemblent des substances différentes dans des dosages divers sans s’occuper des lois internationales. C'est la consommation de plusieurs types de ces drogues simultanées qui multiplie les risques.

"L'usage de produits dans un environnement qui n'est pas adapté, notamment dans des milieux festifs qui sont surchauffés et dans lequel on ne consomme que très peu d'eau, est un facteur qui augmente le risque de complications", éclaire Michaël Hogge.

550 nouvelles drogues de synthèse sont apparues en Europe ces treize dernières années. La Belgique reste préservée de ce phénomène pour l’instant. Cela s'explique notamment par le rapport qualité/prix du marché des drogues classiques qui satisfait largement les consommateurs.

Vos commentaires