En ce moment
 

Au lendemain de l'attaque, l'heure est au recueillement à Liège : "On pensait qu'on était à l'abri, malheureusement on ne l'est pas"

La présence policière est renforcée à Liège dès aujourd'hui. La ville dit vouloir assurer la sécurité des citoyens suite à la fusillade d'hier matin qui a fait 3 morts.

Deux policières et un jeune homme de 22 ans ont perdu la vie. Le tueur a également blessé 4 policiers avant d'être abattu.

Mercredi à 10h00, le collège communal de la ville de Liège a ouvert et signé le registre de condoléances. Les personnes qui souhaitent exprimer leur soutien envers les familles et proches des victimes sont invitées à se rendre à l'Hôtel de Ville, a-t-on précisé mercredi matin au cabinet du bourgmestre de la ville de Liège.

liege1

Alors que les drapeaux sont en berne sur l'Hôtel de Ville et autres bâtiments communaux, le registre de condoléances est désormais ouvert à l'Hôtel de Ville, place du Marché. Une version électronique était déjà disponible depuis mardi soir via le site Internet de la Ville.

Des fleurs peuvent être déposées sur l'espace Tivoli ou devant l'hôtel de police, situé rue Natalis. La population est également invitée à se rendre sur l'espace Tivoli, où une minute de silence sera observée à 13h00.

Si l'on ne doute pas que diverses personnalités politiques et locales s'y présenteront, Willy Borsus, ministre-président de la Wallonie, a d'ores et déjà annoncé sa présence.


"C'est une réponse à l'attaque"

Hier soir déjà, quelques Liégeois ont souhaité se recueillir. Une soixantaine de personnes se sont réunies à l'église St Barthélémy pour une messe en hommage aux victimes.

Plus tôt dans la soirée, des citoyens avaient fait le déplacement pour déposer des fleurs sur les lieux de l'attaque. "C'est une réponse à l'attaque. Je suis venu spécialement de Bruxelles quand j'ai entendu que l'attaque avait coûté la vie à ces policières. C'est très dur", confie l'une d'entre elles.

"Je suis choqué. Ce sont des événements qui nous remettent quelques années en arrière. On pensait qu'on était plus au moins à l'abri, malheureusement, on ne l'est pas", ajoute une autre personne. 

Les autorités ont également pris des dispositions pour accompagner les blessés et les familles des victimes.

Sur la page Facebook de la zone de police de Liège, la publication de la photo des deux policières en uniforme, Soraya Belkacemi (45 ans) et Lucile Garcia (53 ans), a été vue 87.000 fois, partagée 71.600 fois et présente plus de 26.000 messages de condoléances.

La zone de police a publié cette photo "en hommage aux femmes, mères et policières merveilleuses qu'elles étaient".

"Nous avons pris contact avec la compagnie d'assurance de la Ville pour que toutes les mesures soient prises en soutien matériel des familles. Le soutien psychologique est également prévu. Nous allons être plus que jamais être aux côtés de notre corps de police qui semblait manifestement visé, sans me prononcer sur le volet judiciaire qui ressort des autorités fédérales", souligne Willy Demeyer, bourgmestre de Liège, au micro de Guillaume Fraikin pour Bel RTL.

liege2

Quelques établissements scolaires fermés 

Du côté des établissements scolaires concernés par ces tragiques événements, des mesures ont été prises. L’Athénée Léonie de Waha sera fermé toute la journée et peut-être jusque jeudi. 

Une fermeture nécessaire afin de remettre les lieux en état et de prendre les mesures d'accompagnement psychologique pour les élèves et les enseignants. 

La Haute Ecole de la Ville de Liège, établissement fréquenté par l'une des victimes, Cyril 22 ans, a reporté l’ensemble de ses examens prévus aujourd'hui.

Les étudiants ont le choix de passer ou de reporter à une date ultérieure les examens programmés le jeudi 31 mai et vendredi 1e juin.

Vos commentaires