Peste porcine africaine: "Une personne interpellée aurait découvert les cadavres en juin et n'aurait réagi que 2 mois plus tard"

Plusieurs perquisitions ont été menées et quatre personnes ont été interpellées pour auditions, hier, dans le cadre de l'instruction judiciaire ouverte suite à la découverte du virus de la peste porcine africaine en Gaume en septembre dernier, a annoncé mercredi en fin de journée le parquet du Luxembourg. Les auditions sont toujours en cours. Le parquet souligne que ces personnes bénéficient toutes de la présomption d'innocence.

Notre journaliste Fanny Dehaye faisait le point sur la situation dans le RTLinfo 13H sur l'interpellation d'un agent de division Nature et Forêt: "On lui reproche de ne pas avoir réagi assez vite. Il aurait découvert les premiers cadavres de sanglier en juin et ce n'est qu'en septembre qu'il aurait tiré l'alerte soit 2 mois plus tard. Deux mois qui auraient peut-être permis de limiter les dégâts liés à la peste porcine. Deuxième élément: un autre garde forestier d'Arlon aurait, lui, été interpellé parce qu'il aurait facilité les échanges entre les fournisseurs des sangliers des pays de l'est et les gestionnaires de chasse: ce qui signifierait peut-être que la peste porcine serait arrivée en même temps que ces sangliers étrangers. Ces informations restent à confirmer. Nous n'avons pas pu joindre le parquet, ni l'agent de la DNF ce matin puisque la privation de liberté de 24 heures annoncée serait en réalité de 48 heures. Ce qui expliquerait pourquoi tous se font aussi discrets ce matin."

Vos commentaires