En ce moment
 
 

"J'ai reçu un coup perdu": suite à une vague d'agressions, les rassemblements de plus de 5 personnes interdits dès 23h à Andenne

Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits sur la voie publique à partir de demain soir à Andenne. Ce couvre-feu sera en vigueur chaque nuit jusqu'à fin juillet. La commune prend cette décision suite à une vague d'agressions depuis plusieurs mois. Des vigiles seront également mobilisés le week-end.

Vendredi dernier, alors qu'un bar s’apprêtait à fermer ses portes, une vingtaine de mineurs s’en sont pris aux clients qui regagnaient leurs voitures. "J'avais deux de mes amis qui étaient à terre, dont un qui avait au moins 6 personnes autour de lui avec des coups de pieds, des coups de poing… Quand j'ai voulu interpeller un jeune qui avait, je pense, 16 ans, pour essayer d'éviter qu'il se mêle à ça, j'ai reçu un coup perdu d'un homme qui était beaucoup plus âgé", explique une victime. 


"Les gens n'osent plus se mettre en chemin après une certaine heure"

Coups, insultes, racket: voilà plusieurs mois que la même bande sème le trouble dans le centre-ville. Des barres de fer seraient parfois utilisées. Les commerçants redoutent une escalade de violence. "Comme ils sont nombreux, et qu'ils sont déjà certainement un peu loin et que nos clients ont bu un petit verre aussi, il n'y a pas de dialogue, et automatiquement la violence monte d'un cran avec les insultes, et puis ça dégénère", explique Claude Bubbe, propriétaire d’un bar.

"Les gens n'osent plus se mettre en chemin après une certaine heure, parce qu'ils savent très bien qu'ils vont rencontrer cette bande de petits je-ne-sais-pas-quoi, je ne vais pas les qualifier, parce que je risque d'être très méchant", réagit Alain Dheur, gérant d’une brasserie.


"Pas normal que des gamins puissent venir se battre"

Dès demain, tout rassemblement de plus de cinq personnes sera interdit sur la voie publique de 23 heures à 6 heures du matin. Les nuits de week-end, la Ville fera également appel des vigiles privés. "Il n'est pas normal que des gamins de 14, 15, 16 ans puissent passer la nuit dehors sans être dans leur lit, sous la surveillance des parents, et qu'ils puissent venir se battre et agresser, sans raison, d'honnêtes citoyens", a déclaré Claude Eerdekens, le bourgmestre d’Andenne.


"Le bourgmestre est responsable de la sécurité et de la tranquillité publique"

Thierry Belin, secrétaire national du Syndicat national du Personnel de Police et de Sécurité (SNPS), est dubitatif quant au fait que la commune fasse appel à des vigiles privés: "Ce qui me dérange dans le principe des sociétés de gardiennage privé, c'est que quelque part, on fait appel à des milices privées, or la force publique doit agir au service de la population, au service du bourgmestre, qui je le rappelle, est responsable de la sécurité et de la tranquillité publique. Il a pour ce faire une force de police à sa disposition. Il faut les payer et mettre des patrouilles de nuit".


Déjà en 2013

Ces mesures seront réévaluées fin juillet et prolongées s’il le faut. En 2013 déjà, la Ville d’Andenne avait imposé un couvre-feu suscitant de nombreuses critiques.

Vos commentaires