En ce moment
 

Dans les coulisses du domaine de Chevetogne: "Le but est qu'on ne voie pas mon équipe"

Cet été, Bel RTL part à la rencontre de ceux qui vous font passer de bonnes vacances. Cette semaine, on vous emmène au domaine de Chevetogne en province de Namur.

Nous avons planté notre tente dans le domaine de Chevetogne en province de Namur au milieu de 550 hectares de parcs, forêts, plans d'eau et de plaines de jeux. Les bâtiments occupent aussi une part importante du domaine. Olivier Patzelt a rencontré Vinciane Ferrière, responsable de l'infrastructure. Du haut de ses 30 ans, l'ingénieure de formation est en charge de toute la partie technique de Chevetogne. Et ce n'est pas une mince affaire. "C'est l'entretien du bâtiment... Les voiries, les cabines à haute tension, le réseau d'alimentation d'eau... On n'arrête jamais", explique la trentenaire.

Cette dernière gère donc la maintenance des bâtiments et planche sur les projets futurs. Ce travail de coulisses se fait le plus discrètement possible. "Le but est qu'on ne voie pas mon équipe et donc on travaille toujours avec des contraintes pour que les hébergements soient libérés et nickels quand les équipes quittent. Chacun fait son petit travail de fourmi pour que tout soit bien entretenu et soit chatoyant pour le regard du visiteur", ajoute-t-elle.


"On travaille en circuit court"

Et pour cela, Chevetogne dispose de tous les artisans sur place. "A l'intérieur du domaine, on a tous les corps de métiers du bâtiment. On a les terrassiers, le maçon...", précise Vinciane Ferrière.

L'avantage du domaine ce sont ses bois qui offrent une main d'œuvre et des matières premières hyper locales. "On travaille en circuit court car une partie des bois du domaine est vendue en bois marchand et une autre est exploitée par nos équipes de bûcherons, envoyée à la scierie à l'entrée du domaine et puis les planches sont mises en œuvre par nos menuisiers (...) Faire plus court, c'est difficile", lance-t-elle.

En ce moment, Vinciane planche sur la réalisation d'une énorme zone humide à la place de l'ancien camping. Depuis les années 70, la vision du tourisme a changé et Chevetogne s'est adapté. "On va remettre les cours d'eau à ciel ouvert, recréer des sentiers de promenades, des espaces de pic-nic... Donc c'est à la fois un projet multi techniques et en même temps c'est de la biodiversité, c'est du tourisme, c'est de la construction", précise l'ingénieure dont le rôle est indispensable pour que ce site reste attractif. Chevetogne accueille 400.000 visiteurs chaque année.

Vos commentaires