En ce moment
 
 

Élections 2019: pas de panneaux électoraux à Namur cette année, une décision qui révolte l'opposition

La ville trouve qu'ils coûtent trop cher et qu'ils sont régulièrement vandalisés. Pour un scrutin fédéral, aucune loi n'oblige les communes à prévoir un minium d'espace d'affichage. Mais l'opposition à Namur s'insurge. Reportage de Christophe Clément et Alain Hougardy.

Aux dernières élections, deux des sept panneaux officiels que compte la Ville de Namur avaient été complètement vandalisés.

Résultat : étant donné leur coût important, le Collège communal a cette fois décidé de ne plus les installer.

"Ça coûte énormément à la Ville ici pour les élections en 2018, c'était 40.000 euros et juste pour le matériel. Après en termes de coût humains, c'est extrêmement conséquent puisqu'il y a une équipe de la Ville qui est mobilisée pendant plusieurs jours pour mettre ces panneaux en place", indique Charlotte Deborsu, échevin MR.

L’affichage chez les particuliers demeure autorisé. Et puis la Ville met à disposition ses panneaux d’expression citoyenne.

Habituellement destinés aux événements culturels et associatifs, ils sont trop petits, estime le PTB.


"Discriminant par rapport aux nouveaux partis"

"En fait pour tous les petits partis qui n'ont pas des moyens faramineux à mettre dans les campagnes électorales, les panneaux d'affichage électoraux sont un moyen vraiment important parce que ça permet une visibilité tout en étant bon marché. Je pense que c'est vraiment cadenasser le débat démocratique que de supprimer les panneaux d'affichage électoraux", explique Anouk Vandevoorde, du PTB.

Le point sera débattu jeudi au Conseil communal. Mais comme le PTB, cette candidate envisage déjà un recours.
"C'est un peu une confiscation de l'espace public. Je trouve que c'est complètement discriminant par rapport aux nouveaux partis qui s'installent et donc on n'a pas la visibilité que ces grands partis ont", regrette Laurence Genot, Liste Destexhe.

"Il y a d'autres moyens de communiquer actuellement qui sont plus écologiques, plus efficaces et même moins cher", estime Charlotte Deborsu, échevin MR.
Légalement, rien n’oblige les communes à proposer ces panneaux électoraux. Sauf quand les élections sont organisées par la Région. Or, le 26 mai prochain, c’est l’Etat fédéral qui s’en charge.

Vos commentaires