En ce moment
 
 

Élèves et professeurs déçus par l'interdiction de voyages scolaires: "Ça va être compliqué"

 
 

Pour lutter contre cette quatrième vague de coronavirus, les ministres de l’Enseignement ont interdit les voyages scolaires jusqu’aux vacances de Carnaval. Dans de nombreuses écoles, cela signifie l’annulation de classes de neige ou d’autres voyages, souvent préparés depuis de longs mois. C’est la déception pour les élèves et leurs professeurs.

Une cinquantaine d’élèves d’une école primaire de Fosse-la-Ville devait partir pour un voyage scolaire de 5 jours à Spa ce lundi. Mais ils resteront finalement à l’école. Pour la deuxième année consécutive, le projet qu’ont préparé Edith et son équipe est annulé. "Quand on voit tout ce qu’on met en place et puis l’enjouement des enfants vendredi. Lorsqu’on les a quittés à 15h30, on leur a dit qu’il fallait avoir espoir, qu’on allait peut-être pouvoir partir et ils étaient toujours contents. Mais d’ici lundi, ça va être compliqué quand on va les récupérer en classe", regrette Edith Want, directrice de l’école communale de Vitrival.

Enfants et parents avaient déjà tout préparé. "Il y en a énormément qui sont très déçus parce que les valises faites. Enormément de parents étaient déjà allés chercher ce qu’il fallait parce que vous pensez bien, il fallait des chaussures de marche, il y en a qui allait racheter", poursuit la directrice de l’établissement scolaire.

Les sorties scolaires d'un jour sans nuitée restent autorisées mais pour cette école, impossible de continuer. "Non évidemment les classes de dépaysement ont quand même pour objectif de pouvoir avoir un contexte social, que les enfants puissent s'entraider. Et en plus le coût, ce serait impossible de pouvoir faire des voyages des aller-retours tous les jours", dit-elle.

Ça représente quand même un petit manque à gagner d'environ 400 euros pour notre école

Les événements comme les fêtes scolaires impliquant des personnes extérieures sont aussi annulés. Une déception pour Cédric Munten, qui est instituteur primaire à l’école Saint-Anne d’Hastière. "On était déjà en train de préparer notre marché de Noël qu'on est malheureusement obligé d'annuler. Ça représente quand même un petit manque à gagner d'environ 400 euros pour notre école et c'est quand même des valeurs qui sont aussi importantes en tant qu'école catholique", note-t-il.

Cette année encore, les décorations resteront dans les cartons. En attendant que l'année se termine, il n’est plus question de réunions de parents, de réunions des professeurs ou de formations. Tout se tiendra à distance jusqu'à nouvel ordre


 




 

Vos commentaires