En ce moment
 

Plusieurs policiers namurois en arrêt-maladie: "Ils sont en train de craquer"

 

Plusieurs policiers se sont mis en arrêt maladie aujourd'hui à Namur, ils protestent contre une réforme prévue dans leur service, dès le premier janvier prochain. Fanny Dehaye et Ghislain Federspiel se sont rendus sur place pour RTL Info.

Ils seraient huit ou neuf à ne pas s'être présentés au service d'intervention ce matin. Des policiers en arrêt maladie, qui seraient à bout.

"La situation médicale est définie par un médecin. Il n'y a pas de faux semblant, ils sont dans un ras-le-bol... " explique Abdelatif Aboutaher, "vous allez voir n'importe quel médecin par rapport à leurs situations, il va vous dire qu'ils sont en train de craquer et qu'il faut soit relâcher la pression ou en tous cas régler le problème de l'effectif!" a ajouté le délégué syndical CGSP.

Selon le personnel, pour répondre au mieux à la nouvelle réforme de la zone prévue dès lundi, six à dix personnes supplémentaires seraient nécessaires. Après le service proximité il y a un mois, c'est au tour du service d'intervention de réagir. Le chef de corps de la zone de la police de Namur s'étonne: "Il ne faut pas faire d'amalgame entre ces arrêts maladie et la nouvelle réforme. Lorsqu'on a présenté la nouvelle configuration de janvier 2018, les organisations syndicales l'ont toutes approuvée." a déclaré Olivier Libois.

Le syndicaliste Abdelatif Aboutaher réagit: "Ce n'est pas que c'est une mauvaise idée, c'est que pour l'instant, elle ne l'est pas! Les effets sur le terrain c'est de demander aux gens de faire beaucoup plus alors que vous n'avez pas les moyens de le faire. "

Ces arrêts maladies pourraient s'étendre à d'autres services dans les prochaines heures. Une assemblée générale est prévue le 11 janvier. 

Vos commentaires

Top Facebook

vidéos