En ce moment
 
 

"RAS LE BOL": Fabian, un restaurateur excédé par les critiques sur TripAdvisor, CONTRE-ATTAQUE (vidéo)

Fabian, patron d'un restaurant à Froidchapelle, est tombé sur une critique publiée sur TripAdvisor. Le commentaire laissé par un de ses clients n'a pas laissé le chef indifférent. Car, des mots peuvent avoir de lourdes conséquences. L'habitant de Couillet a décidé de réagir en publiant une lettre ouverte sur Facebook.

Tout est parti d'un commentaire posté par un internaute il y a quelques jours... Un certain "Pierre" a critiqué les tarifs du restaurant bistronomique de Fabian à Froidchapelle après y avoir mangé.

"Bon, mais trop cher", débute le client pour décrire son repas. Le membre de TripAdvisor précise tout de même que le "personnel est très sympathique et la terrasse jolie". Il ajoute que "le plat est correct mais trop onéreux ", car il y a, selon lui, "trop de suppléments pour sauces ou crudités", et "qu'y manger coûte trop cher pour la cuisine proposée". Il conclut en disant que c'est "un endroit à découvrir pour prendre un verre ou manger une glace".

En lisant ces mots, le sang du restaurateur ne fait qu'un tour. Il voit dans ces quelques mots tous ses efforts et ceux de son équipe réduits à néant. Il décide de partager le fond de sa pensée en publiant une lettre ouverte sur les réseaux sociaux...

"Oyez, oyez braves gens (...) Ce Monsieur ne fait pas partie de notre équipe, il n'est pas notre délégué commercial. Nous ne faisons pas tea-room", lance Fabian, donnant directement le ton. "Ce Monsieur n'est pas du Guide Gault&Millau, ni du Michelin, ni du Delta, ni du Petit Futé, ni du Routard", signale le patron. 

 

"Connaissez-vous le barème d'un plongeur ?"

Le Chef de Cuisine détaille ensuite les différents produits de qualité qui justifient, à ses yeux, les tarifs de sa carte. "Sérieusement, Monsieur Pierre, connaissez-vous le prix du magret de canard de la Ferme de la Sauvenière? Le filet Pur Artis " 21 jours "en élevage traditionnel ? (...) Le cours du prix de la truffe fraîche ? Non, vous ne connaissez pas", poursuit l'homme qui précise travailler avec des éleveurs locaux.

Ce dernier dresse ensuite la liste de toutes les dépenses liées à son activité... "Connaissez-vous, le barème d'un garçon de salle ? Le barème d'un commis de cuisine ? Le barème d'un plongeur ? Le barème d'un étudiant ? (...) Le prix du papier de toilette certifié en foret durable ... Et oui, je l'achète, on ne m'offre pas le PQ. Le coût des 104 obligations légales auxquelles nous sommes obligés de nous soumettre en tant que restaurateur en Belgique ?", demande Fabian, avant de préciser que sur une addition de 100 euros, il ne reste que 17 euros net pour le patron.


 

"Vous avez une idée du prix ?"

"Si vous ne prenez pas de sauce, vous ne la payez pas. Si vous prenez une sauce vous la payez ... En quoi est-ce un problème ? De quel droit ou sous quelle obligation devrais-je vous offrir une Béarnaise faite à la minute à la commande avec des œufs bio, du beurre de ferme ? Ou une sauce champignon, avec des champignons frais, de la vrai crème, du porto, du cognac, du jus de veau? Pourquoi devrais-je la donner gratuitement ?", s'énerve-t-il.


 

"Vous êtes dangereux"

"Là ou vous êtes dangereux, c'est que vous vous permettez de me juger, d'affirmer que je suis onéreux, pour vous, car pour d'autres je suis abordable voire démocratique, chacun connait sa bourse, chacun connait la valeur du travail, des produits ... peu s'expriment", enchaîne Fabian.

"Partout dans le monde, mes collègues, mes confrères restaurateurs en ont ras le bol des sites où tout le monde peut émettre un avis, un jugement alors que peu savent, connaissent ou maîtrisent notre métier. Vous êtes dangereux, car votre commentaire peut influencer les gens de votre genre attentifs au prix mais pas à la qualité", signale le patron qui emploie six personnes.

"Vous en arrivez à décourager les jeunes de faire ce métier car ils sont soumis à un jugement public pour la moindre erreur, vous découragez et blessez des gens qui travaillent sans compter les heures ( souvent un patron restaurateur à des journées de 13h) pour faire plaisir, pour exercer dans l'art du partage. Que voulez-vous? que j'arrête ? Que je jette l'éponge et ainsi répondre à vos attentes ?", écrit le restaurateur.


"Qui êtes-vous pour vous abroger ce droit?"

"Vous dites aux gens ce qu'ils doivent venir manger chez moi, une glace ou boire un verre ... mais qui êtes-vous pour vous abroger ce droit?", s'emporte le patron. "Devenez un citoyen responsable, intelligent, soyez un élément actif et participatif dans le bon sens, continuez à publier, publiez quand vous êtes ravi, content. Pour les autres... N'y retournez simplement plus", conseille-t-il, avant de conclure sa publication Facebook par ces mots... "Sur un site qui vous offre la possibilité de décrire une expérience gustative, vous n'avez pas mis une ligne, un seul mot sur le contenu de vos assiettes ...ce qui en soi est révélateur".

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Fabian nous confie qu'il n'est pas contre la critique, mais qu'il préférerait que ses clients expriment leur opinion lorsqu'ils sont dans son établissement au lieu de le critiquer plus tard sur Internet. "Quand à la fin du repas le serveur demande 'Ça a été? Ça vous a plu ?'. On ne lui dit pas 'non, c'était trop cher par rapport à ce que j'ai eu'. On va attendre d'être rentré, de prendre un pseudo et de le mettre", regrette-t-il.

"Je peux comprendre qu'on n'aime pas ma cuisine. Si vous mettez trois chefs devant des ingrédients, ils vont tous les trois faire une recette différente", explique Fabian.


 
"Top Chef" ou "Le Meilleur Pâtissier"

L'habitant de Couillet explique également que certains clients n'hésitent pas à lui signaler qu'ils mettent des avis sur TripAdvisor afin que le patron du restaurant fasse "un petit geste". Ce genre de demandes agacent le restaurateur.

Le Wallon constate également que de nombreux clients deviennent un peu des critiques gastronomiques, parfois influencés par les émissions culinaires comme "Top Chef" ou "Le Meilleur Pâtissier". 

"Depuis deux ou trois ans, ça devient infernal. Vous servez une côte de veau aux pleurotes et on vous dit "je connais l'histoire du plat". Mais non, il n'y a pas d'histoire du plat bonhomme, c'est une côte de veau et des pleurotes. Ou bien encore "Ce dessert était gourmand", ça veut dire quoi "gourmand"? Maintenant, on en est là", déplore-t-il.

Fabian dénonce aussi les "faux commentaires" publiés par la concurrence ou par pure jalousie. Pour lutter contre ce phénomène, le chef souhaiterait que TripAdvisor instaure une vérification comme sur les sites hôteliers. Les personnes qui notent un bar ou un restaurant devraient prouver qu'elles ont bu ou mangé dans l'établissement. "Il faut que le client fournisse l'addition et qu'il prouve qu'il a réellement consommé ce qu'il dit", propose le restaurateur.

 

Vos commentaires