En ce moment
 
 

108 arbres seront abattus Avenue Louis Bertrand à Schaerbeek: les explications de la commune

108 arbres abattus sur l'une des plus belles avenues de Bruxelles: les autorités s'expliquent
 
 

L'une des plus belles avenues de Bruxelles sera rénovée prochainement. L'abattage de dizaines d'arbres qui en découle attriste et fâche de nombreux riverains.

"C'est inacceptable", lance Jacqueline. Cette Schaerbeekoise habite l'Avenue Louis Bertrand. Si vous n'y avez jamais mis les pieds, sachez qu'on parle d'un élément-phare du patrimoine bruxellois, classé récemment "site" par le gouvernement de la capitale. Une véritable prouesse d'architecture urbaine. Jacqueline nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous car elle désapprouve un projet d'envergure de rénovation de cette avenue qui rallie la Chaussée de Haecht au parc Josaphat.

A4
Photos: ©Amélie James

Enquête publique en cours

Dans les cartons de la commune depuis de longues années, le projet a été revu et corrigé en 2020 obtenant l'avis favorable de la prestigieuse Commission Royale des Monuments et des Sites (CRMSF). Comme tous les processus de rénovation de l'espace public, le projet fait l'objet d'un permis d'urbanisme et d'une enquête publique. Cette dernière a lieu en ce moment même et représente le moment où toute la population peut consulter les plans, émettre des avis, des recommandations. Exprimer son opinion.

Ces arbres sont devenus des bonzaïs

Le problème pour Jacqueline qui habite l'avenue depuis 40 ans, c'est que le projet prévoit l'abattage de 108 arbres. Et ça, ça ne passe pas. "Les arbres ne présentent pas de problèmes sanitaires". On parle essentiellement de platanes en place depuis les années 60 dans le quartier. L'échevin des travaux publics explique l'intention de la commune : "Les platanes ont vocation à devenir des arbres énormes de 30 mètres de haut. Ce n'est pas possible à l'avenue Louis Bertrand sauf à cacher toutes les façades ce qui n'est pas du tout notre volonté. Raison pour laquelle, chaque année ces platanes sont taillés. Ces arbres sont devenus des bonzaïs. Chaque année, on casse leur croissance. On a une avenue verte que deux à trois mois par an", explique-t-il.

A3

Jacqueline n'est pas la seule à pester contre ce projet d'aménagement de l'espace public et d'abattage. Une pétition a été mise en ligne par un collectif de citoyens schaerbeekois. Intitulée "Stop Cutting 1030" (comprenez 'Arrêtez d'abattre à Schaerbeek'), la pétition récolte 107 signatures à l'heure d'écrire ces lignes. "Nous rappelons que les arbres de l’avenue, s’ils ne sont pas humains, sont bien vivants et en parfaite santé. Ce ne sont pas des meubles que l’on peut déplacer ou remettre au goût du jour, car, malheureusement, cela les tue", écrit le collectif. Lucie est l'une des membres de ce collectif. Elle ajoute: "Ce projet d'abattage ne correspond pas à un besoin, mais plus à une volonté de la commune de mettre au goût du jour l'esthétique d'arbres qui ne leur convient plus. Ce n'est pas une approche écologique du tout."

A2
Photos: ©Amélie James

"Plus de vert pour moins de tronc"

Sur les 108 arbres prévus pour l'abattage, 78 nouveaux seront replantés. Vincent Vanhalewyn, échevin des Travaux publics, précise: "Certes, on va mettre moins d'arbres mais ils auront une taille adulte qui ne dépasse pas les 10 ou 11 mètres. On ne devra pas les tailler chaque année." Dans la partie haute de l'avenue (église Saint-Servais): 53 aulnes blancs seront plantés. Ensuite, une alternance de ces arbres avec différentes essences sera mise en place: 13 érables (Type : Emerald Queen) et 12 Copalme D'Amérique, notamment. 

"Tous ces arbres ont la même figure géométrique de couronne", précise Vincent Vanhalewyn qui enchaine: "Ce sont des arbres différents qui ont la même allure, mais pas spécialement la même couleur. Ce sont aussi des arbres qui ont une moins grande densité que les platanes actuels." Le but de l'opération: pouvoir également observer la beauté des façades plus aisément. "Une étude qui est en annexe du permis d'urbanisme montre qu'en termes de biodiversité et de capacité végétale, il y aura bien plus de 'couleur vert et moins de troncs'. Donc plus d'absorption de CO2."

A1

Pas une partie de plaisir pour la commune

Une explication pas recevable pour les membres du collectif "Stop Cutting 1030": "Non, l'avenue est très bien comme cela. Personne dans la commune, ni sur l'avenue ne réclame moins de tronc ou plus de visibilité sur les immeubles. Ce n'est vraiment pas une demande qui vient des habitants. C'est aberrant, si c'est plus intéressant pour la faune, les abeilles, etc. Eh bien, qu'on plante plus d'arbres. Il n'y a pas un nombre total maximum d'arbres à ne pas dépasser dans la commune", lâche Lucie.

Du côté de la commune, l'échevin des Travaux publics justifie: "Je suis très fier du projet végétal de cette avenue. Oui, ça passe par l'abattage des arbres. Moi, je n'abats pas des arbres par plaisir. On le fait par nécessité. On va mettre différentes essences pour ne pas être tributaire si une espèce d'arbres tombe malade aussi."

S'il y a des suggestions, elles sont les bienvenues

Le projet de réaménagement de l'Avenue Louis Bertrand ne se concentre pas que sur l'abattage des 108 arbres. Une modification de l'espace public plus globale (trottoirs, voiries, etc) est prévue au programme également. Résultat, 1.400 m² d'espace vert sont amenés à faire place à d'autres dispositifs. "Sur les 39.000 m² du projet, c'est peu", souligne l'échevin qui indique que cela se fera au profit d'élargissements de certains trottoirs et de création de pistes cyclables.

IMG_20210603_175908__01

Face aux critiques et différentes craintes, Vincent Vanhalewyn se montre compréhensif: "Je veux vraiment rassurer. On a reçu pour ce plan l'accord de la CRMSF et je peux vous garantir que la réputation de cette commission est extrêmement pointilleuse. Je suis à l'écoute de tous les habitants et je peux les rencontrer s'ils le désirent. Ce projet est bon au niveau patrimonial, environnemental, sécurité routière, mobilité, aux yeux de la commune et la CRMSF. C'est un projet extrêmement bien équilibré" Et Vincent Vanhalewyn de rappeler que l'enquête publique est justement en cours: "On ne balaie pas les craintes. S'il y a des suggestions, elles sont les bienvenues. On écoutera tout le monde. C'est à cela que sert une enquête publique, à ce que les gens s'expriment. C'est légitime."

Plus de 5 millions d'euros de rénovation

Les habitants ont jusqu'au 10 juin pour introduire des critiques, observations ou autres conseils dans le cadre de l'enquête publique. Les autorités communales espèrent la délivrance du permis d'urbanisme de la Région bruxelloise courant de l'année 2021. Il faudra ensuite alors attribuer le marché public. Les travaux de réaménagement de l'Avenue Louis Bertrand sont espérés à l'horizon 2022-2023. Les travaux sont évalués à 5,213 millions d'euros dont 1,190 million subsidié par Bruxelles-Mobilité. Une autre demande d'aides a été introduite par la commune de Schaerbeek auprès de la Commission Royale des Monuments et des Sites. La commune est dans l'attente d'une réponse. "On espère augmenter le taux de subsides mais cela n'est pas encore assuré, conclut Vincent Vanhalewyn.




 

Vos commentaires