En ce moment
 
 

Blacky, le Yorkshire d'Isabelle, meurt sous les crocs d'un American Staff: "Il tenait mon chien dans sa gueule, le secouait et ne le lâchait plus"

Blacky, le Yorkshire d'Isabelle, meurt sous les crocs d'un American Staff:

Isabelle, une habitante de Forchies-la-Marche, a du mal à se remettre de la mort brutale de son chien, Blacky, survenue sous ses yeux. Le croisé Yorkshire-Bichon de près de 3 ans a été mordu et tué par un American Staff non muselé. Que risque la propriétaire du chien jugé "dangereux" par le règlement communal de police? Car à Forchies-la-Marche, tout détenteur de chien est censé prendre des dispositions par rapport à son animal, et plus particulièrement celles ayant trait à la sécurité.

Pour Isabelle (prénom d’emprunt), c’était un rituel. "Chaque matin, j’ouvrais la porte de la maison et Blacky, mon petit chien, courait dans notre jardin, urinait, puis revenait en courant dans la maison, se souvient-elle, mélancolique, après nous avoir écrit via notre bouton orange Alertez-nous. Moi, je restais sur le pas de la porte".
Blacky

Isabelle, très attachée à son croisé Yorkshire-Bichon, le laissait sautiller et s’amuser dans le jardin qui n’était pas clôturé. Tout s’est toujours bien déroulé. Jusqu’au jour où un accident est survenu. C'était ce samedi 3 février. "Blacky est très gentil et adore les chiens donc, dès qu’il en voit un, il court vers lui!", décrit Isabelle. Malheureusement, le chien vers lequel s’approche Blacky, un American Staff non muselé, lui saute dessus. "J’ai d’abord entendu la maîtresse de ce chien dire ‘Non!’ ‘Non!’ et là je me suis dit qu’il y avait un problème", se souvient-elle. Isabelle s’encourt en direction de Blacky et découvre une scène particulièrement difficile. "Il avait attrapé mon Blacky au niveau du ventre et le tenait dans sa gueule, se remémore-t-elle douloureusement. Il ne le lâchait plus. J’ai hurlé! Nous étions désemparées, l’autre maîtresse aussi".

L’American Staff serre les crocs: "Il a fallu qu’il soit mort pour qu’il le lâche"

Quelques instants plus tard, le petit Bichon ne bouge plus. L'American Staff le secoue dans sa gueule "comme s’il s’agissait d’une peluche". "Il a fallu qu’il soit mort pour qu’il le lâche. J’étais fort choquée, vraiment. Je ne savais même pas quoi faire de mon chien. Qui fallait-il appeler?", confie Isabelle, qui, encouragée par un voisin qui passait par là, prend une photo de la scène à l’aide de son téléphone portable.
Blacky-2

La propriétaire de l’American Staff semblait tout aussi attristée. "Sous le coup de l’émotion, je lui ai dit ‘Il faut le piquer votre chien il est dangereux!’, et elle m’a répondu ‘Je comprends votre tristesse madame, mon chien c’est toute ma vie’. Elle a vraiment été très gentille avec moi". Mais la propriétaire de l’Americain Staff aurait-elle dû museler son chien?

Oui, l’American Staff aurait dû être muselé: "Le règlement communal l’exige"

En ce qui concerne la dangerosité des chiens en Belgique, il n’existe aucune règle au niveau national. Ainsi, il n’y a pas de liste reprenant les races jugées dangereuses. Tout se joue au niveau des communes et, dès lors, chaque règlement de police a ses particularités. A charge donc des propriétaires de chiens de se renseigner personnellement. "A Forchies-la-Marche, il y a trois catégories de chiens, éclaire Delphine De Lavareille, cheffe de zone à la zone de police Des Trieux. La première est jugée la plus dangereuse et l’American Staff en fait partie. Les propriétaires de chiens de cette catégorie ont l’obligation de les tenir en laisse dans l’espace public ainsi que de les museler". La maîtresse de l’American Staff responsable de la mort de Blacky aurait donc dû munir son chien d’une muselière.

Isabelle n’avait pas de clôture: "Je m’en veux, je n’ai pas vu venir le danger"

Mais des obligations existent également pour les chiens issus des autres catégories. Par exemple, apposer une clôture autour du jardin de l’habitation des maîtres. "Le propriétaire d'un chien est effectivement tenu de prendre toutes les dispositions nécessaires, notamment avoir une clôture d’une taille suffisante, adaptée au gabarit du chien, poursuit Delphine De Lavareille. En ce qui concerne les chiens jugés dangereux, une hauteur de deux mètres est par exemple obligatoire". En effet, dans cette commune, tous les chiens doivent être tenus en laisse s’ils sont sur la voie publique. Il faut donc leur en barrer l’accès s’ils sont sans laisse dans leur jardin. "Je n’ai pas apposé de clôture et je m’en veux beaucoup, regrette pour sa part Isabelle. Je n’ai pas vu venir le danger. J’ai une simple haie et Blacky l’a facilement contournée pour se retrouver sans laisse sur la voie publique".


L’American Staff ayant tué Blacky doit-il être euthanasié? 

Qu’adviendra-t-il de l’American Staff ayant tué Blacky? Et que risque sa propriétaire? "A Forchies, les chiens à l'origine d'un incident de morsure à l'encontre d'une personne ou d’un autre chien, doivent être emmenés chez un vétérinaire pour une consultation spécifique", avertit Delphine De Lavareille. Par la suite, en fonction du résultat de cette consultation, des décisions peuvent être prises: "La police peut faire une saisie administrative, donc par exemple le déposer à la SPA temporairement, ou aboutir à une demande d’euthanasie par exemple", poursuite la cheffe de zone de police. 

"Je n’ai pas porté plainte, elle a été très gentille"

Dans ce cas-ci, l’identité de la maîtresse de l’American Staff n’est pas connue. "Cette dame a été très gentille avec moi, je l’ai laissée partir, reconnaît Isabelle. Je n’ai demandé aucun dédommagement à cette dame car ça ne me ramènera pas mon chien". Néanmoins, la police pourrait intervenir. Et ce, pour des raisons de sécurité publique. "Nous avons l’obligation de faire un rapport au bourgmestre, qui décidera des suites à donner à cette affaire", annonce Delphine De Lavareille.

Vos commentaires