En ce moment
 
 

Graziella pensait parler de ses chansons à Lara Fabian, mais c'était un escroc: "Je croyais qu'elle s'intéressait à ce que je faisais"

Graziella pensait parler de ses chansons à Lara Fabian, mais c'était un escroc:
 
CORONAVIRUS
 

Notre témoin, de La Louvière, travaille dans un centre luttant contre les violences conjugales. Vu les circonstances liées au confinement, elle a décidé d'écrire une chanson pour faire connaître sa ligne téléphonique 'Ecoute Violences'. Et pour aller plus loin, elle a même contacté Lara Fabian... croyait-elle.

La crise sanitaire du coronavirus n'empêche pas les escrocs, en ligne, de continuer à chercher de nouvelles victimes. Et certains utilisent toujours les (bonnes?) vieilles méthodes: créer un faux compte Facebook au nom d'une célébrité, se faire passer pour elle afin d'entrer en contact avec des fans, puis leur demander de l'argent.

C'est ce qui est arrivé à Graziella, qui a contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous: "Une personne communique avec moi en se faisant passer pour Lara Fabian, elle va sûrement me demander de l'argent à un moment donné", nous a-t-elle écrit à la fin du mois d'avril.

L'occasion de rappeler qu'il faut toujours vérifier à qui on a à faire lorsqu'on communique sur les réseaux sociaux.

Graziella s'occupe des victimes de violence conjugale et chante

Notre témoin du jour a 59 ans, et habite La Louvière. "Depuis 1992, je travaille comme éducatrice spécialisée au Centre de violences faites aux femmes". Le confinement imposé par l'épidémie de coronavirus a entraîné une grande augmentation des violences conjugales. "On a pu le constater, on a même dû ouvrir une troisième ligne téléphonique".

En dehors de son métier, Graziella a une autre passion. "Je chante. Je ne sais pas composer des musiques, donc j'écris des textes sur des musiques déjà connues. A chaque fois que j'écris une chanson sur les violences faites aux femmes, elle est vue entre 1.500 et 3.000 fois. Donc je suis émue et touchée".

Dernièrement, vu les circonstances, elle a donc écrit "une chanson pour promouvoir la ligne Ecoute-Violence" :

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

"Lara Fabian me répond personnellement"

Pour la faire connaître, Graziella se rend sur Facebook, où elle publie souvent ses chansons (voir sa page). Mais elle a voulu aller plus loin, cette fois, afin que son message sur les violences faites aux femmes atteigne un public plus large.

"Je me suis rendue sur la page du fan-club de Lara Fabian, et je lui ai envoyé un message, disant que j'avais écrit des textes et que les gens l'aimaient bien. Je lui ai écrit: 'Si jamais vos musiciens peuvent composer une musique, ce serait génial'. C'est dans ce sens-là que je l'ai contactée, je ne demandais rien d'autre".

Et là, surprise: "Elle me répond, personnellement". Dans le début de conversation qu'elle nous a fait parvenir, Graziella a logiquement l'air étonné ("oufti !") et admet que "sur le coup de l'émotion, j'y ai cru":

Pendant une heure et demie, ils discutent via l'outil de messagerie de Facebook. "On a parlé de mon travail, je pensais qu'elle s'intéressait à ce que je faisais sur les violences conjugales. Je pensais que ma nouvelle chanson lui avait plu. Ça tournait autour de ça".

Lara Fabian "s'inquiète pour sa carrière"

A un moment, cependant, la conversation prend un tournant inattendu. "Elle me dit: 'Je m'inquiète pour ma carrière'. Je me dis alors qu'effectivement, ça ne doit pas être évident, les concerts qui sont annulés à cause du confinement. Puis tout de même, ça m'a fait 'tilt', et j'ai eu le sentiment que cette personne allait me demander de l'argent".

Graziella en parle alors à un neveu. "Il me dit: 'Ma tante, fais attention, s'il n'y a pas un petit V bleu à côté du nom, ce n'est pas la bonne personne, ce n'est pas la vraie page'. J'ai vérifié et effectivement, je me suis rendu compte qu'il n'y en avait pas". C'est pratiquement la seule différence entre les deux pages (à droite l'officielle, à gauche celle qui a tenté d'arnaquer Graziella), preuve qu'il faut toujours faire attention à ce que l'on fait sur Facebook, et avec qui l'on discute:

"Je ne suis pas naïve"

Heureusement, tout en est resté là. "Le lendemain, la personne a tenté de me recontacter, mais je n'ai plus répondu à son message. J'étais très déçue, j'ai compris que c'était une arnaque. Je suis allé voir la page des vrais fans de Lara Fabian, et j'ai vu que des personnes s'étaient fait avoir en payant des billets de concert à la fausse Lara Fabian".

Graziella n'a donc pas perdu d'argent. "Parce que je ne suis pas naïve, je me suis fait avoir dans l'idée qu'elle appréciait mes chansons". Raison pour laquelle elle a contacté la rédaction de RTL info, pour mettre en garde contre les tentatives d'arnaque qui, souvent, tirent profit d'une situation malheureuse. "La société fonctionne comme ça", conclut-elle, désabusée.

 




 

Vos commentaires