En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: les coiffeurs qui se déplacent au domicile des clients peuvent-ils continuer à travailler ?

Coronavirus en Belgique: les coiffeurs qui se déplacent au domicile des clients peuvent-ils continuer à travailler ?
RTL INFO répond à vos questions

Le coronavirus en Belgique soulève d'innombrables questions de la part des citoyens. L'une d'elles concerne l'activité des coiffeurs. "Une coiffeuse à domicile indépendante peut-elle continuer à aller coiffer au domicile de sa clientèle ?", nous a demandé Philippe via le bouton orange Alertez-nous.

Avant d'y répondre, revenons rapidement sur le quiproquo autour de la profession. Le 16 mars dernier, les premières mesures de confinement étaient annoncées par Sophie Wilmès, notre Première Ministre. Parmi les "activités essentielles" n'étant pas contraintes de s'arrêter pour lutter contre la propagation de la maladie covid-19, il y avait les coiffeurs.

Rapidement, devant les mesures sanitaires qu'ils devaient néanmoins respecter (maximum un client et un travailleur dans le salon), la plupart des coiffeurs ont dénoncé une mesure impraticable et même "un travail à perte" (voir le témoignage de Cyrielle).

Dès lors, le 24 mars dernier, le gouvernement avait fait marche arrière et ordonné la fermeture des salons de coiffure. Ceux-ci pouvaient alors mettre leur personnel en chômage temporaire, ou en tant qu'indépendant bénéficier d'un 'droit passerelle', donc une mesure de soutien financier.

Et à domicile ?

Reste une question pour certains: qu'en est-il des coiffeurs qui se déplacent au domicile des clients ? La réponse est claire. "C'est strictement interdit", nous a expliqué Patrick Dumont, vice-président de la Fédération des coiffeurs belges.

"Oui, il y a des clients qui demandent aux coiffeurs de se déplacer, et certains coiffeurs le font, soit parce qu'ils connaissent les personnes, soit parce qu'ils se sont procurés leurs coordonnées dans le carnet d'adresse du salon", admet notre interlocuteur. "Et ça nous embête très fortement". Car "au-delà du non-respect des consignes d'interdiction de travailler", il y a "un grand risque sanitaire", estime-t-il.

"Imaginez qu'après le confinement, ces coiffeurs retournent dans leur salon et, contaminés suite aux visites à domicile, ils relancent le virus auprès des clients !".

 

Vos commentaires