En ce moment
 
 

Les rats envahissent le centre de Liège: Véronique peut compter sur Shany, "elle chasse les rats de manière naturelle"

Les rats envahissent le centre de Liège: Véronique peut compter sur Shany,
 
 

Travaux, inondations… la Ville de Liège n'a pas été épargnée par ces évènements qui ont une conséquence inattendue: ils dérangent les rats, qui se réfugient en surface. Pour le plus grand malheur des citoyens.

Les rats pullulent à Liège depuis plusieurs mois. Vous êtes nombreux à avoir contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous pour nous le signaler. "J'ai invité mon amie à une brasserie qui se situe au Carré, sur leur terrasse fermée. Lors de notre repas (bon je tiens à le préciser !), j'ai constaté des rats et mon amie en a vu passé plusieurs en dessous des podiums" situés à côté. "On l'a signalé au serveur qui nous a répondu : 'oh ne vous inquiétez pas il y en a toujours eu beaucoup ici mais, ils ne rentrent pas'". Sur les images envoyées par David, on les voit tout de même juste à côté de leur table:

Isabelle est prof de yoga dans la cité ardente, et dans son quartier également, non loin du centre, il y a beaucoup de rats. "Depuis l'été, c'est partout. Dans la rue, on les voit passer jour et nuit. Ils habitent dans les fontaines Montefiore de la ville, je les vois sortir. Parfois ils vous filent entre les jambes, c'est terrible, ils n'ont pas vraiment peur. Un soir en déverrouillant ma voiture à distance, j'en ai vu une vingtaine déguerpir à toutes vitesses, à côté. Vis-à-vis des clients et des élèves, qui passent à côté, ça ne va pas", se plaint-elle:

Véronique protégée par ses Yorkshire

Nous avons reçu tellement de photos et de vidéos que nous avons décidé de mener l'enquête sur place. Premier arrêt: Véronique, qui promène ses deux Yorkshire, dont Shany, en plein travail quand nous la rencontrons. "Elle renifle, elle cherche les rats. Elle en attrape aussi, ça lui est déjà arrivé. Ce sont des chiens de terrier, ils ont été éduqués pour chasser les rats dans le passé. Je la laisse renifler un peu, mais il y a des endroits où je n'ai vraiment pas envie de passer, de peur de croiser des rats. Ça ne grouille pas sur les murs comme dans Ratatouille, mais j'en ai déjà vu. Acculé, un rat se retourne et attaque. Et vu la taille de mon chien, j'ai peur qu'elle ne se fasse attraper". Lors de notre balade, la chienne de Véronique ne cesse de renifler le sol et les poubelles. "Shany en particulier, chasse les rats de manière naturelle. Tout ce qui est rongeur, ça l'intéresse".

Des travaux et des inondations

Mais d'où viennent ces rats ? Prochaine rencontre: Roland Léonard, l'échevin des travaux de la Ville de Liège. "Il est clair que l'importance des travaux réalisés dans le centre-ville, en voirie et en sous-sol, dérange les rats", nous a-t-il expliqué. Ces perturbations "les font se déplacer, et créent cette présence sur l'espace public". La Ville de Liège "reçoit beaucoup d'appel. On sait que c'est une réalité dans toutes les grandes villes du monde, on doit composer avec la présence de ces rongeurs. La Ville a entamé une campagne systématique de dératisation, notamment dans les zones qui ont été inondées, à Angleur et Chénée (les inondations ont envahi les canalisations et délogé les rats). Et depuis le mois d'octobre, il y a une grande campagne dans le centre-ville. Nous travaillons avec des entreprises spécialisées, qui placent des appâts dans les égouts mais aussi en espace public". En théorie, ces campagnes ciblées "permettent en 2 ou 3 semaines d'éradiquer les rats en surface, et de diminuer les populations".

Un cocktail et une boite à rats

Dernière étape: André, chasseur de rats, très occupé pour le moment. "Il y en a un peu partout depuis qu'ils ont quitté les égouts", nous confirme-t-il. "Dans cette boite à rats sécurisée, il y a des blocs rodenticides (puissants poisons destinés aux rongeurs). Le rat est attiré par cette pâte, qu'il aime bien. Il vient manger. Une fois qu'il a mordu, trois jours après, il meurt". Une éradication essentielle, pour André: "une femelle de rat (et ses descendantes) peut être à l'origine d'entre 1.500 et 2.000 jeunes par année".  


 




 

Vos commentaires