En ce moment
 
 

Sandro a servi 14 personnes dans son restaurant à Nandrin, il a été dénoncé: "Je n'ai plus d'argent, je n'ai plus rien"

 
CORONAVIRUS
 

A Liège, ce n'est plus vraiment un secret, il y a des restaurants "clandestins" ouverts depuis plusieurs semaines. Et comme les langues se délient au fil des jours, leurs gérants n'ont plus peur de témoigner. Une équipe de RTL info s'est rendue à Nandrin, en province de Liège.

Il y a deux semaines, 14 clients étaient attablés dans la salle du restaurant de Sandro et Fabienne Giusto. Des habitués du restaurant qui ont été dénoncés. Les clients n'ont pas eu le temps de finir leur assiette: deux heures après l'ouverture, la police débarque. Le restaurant se situe le long d'une nationale très fréquentée et les voitures étaient garées plus loin. C'est un voisin qui les a dénoncés.

Les restaurateurs risquent un procès et jusqu'à 4.000 euros d'amende.

Une pâte à 15€, mais 250€ d'amende

"On avait beaucoup de demandes, du genre 'Ah, tiens, tu nous ferais pas une petite table ?'. A un moment donné on s'est dit: 'Ok, on va le faire'. Ils sont venus pour nous faire plaisir, pour nous aider et nous soutenir. Et je trouve ça très bien", explique ce couple de restaurateurs.

"Je suis triste qu'ils choppent une amende. C'est pas marrant d'aller manger une pâte à 15€ et de se retrouver avec 250 boules en plus", poursuit Sandro.

Pas pour s'enrichir

Ce restaurateur n'a pas ouvert pas plaisir d'enfreindre les règles, ni pour se faire un petit extra. "Je sais que ce n'est pas bien, ce qu'on a fait. On a joué, on a perdu", reconnait-il. "Mais je n'ai plus d'argent, je n'ai plus rien, et je n'avais pas envie de mettre la clé sous le paillasson. On a la corde au cou".

Fabienne et Sandro connaissent beaucoup de confrères qui travaillent actuellement, "et tant mieux pour eux s'ils ne se font pas prendre".

Leur nouvelle terrasse sera bientôt remplie, espèrent-ils. Le 8 mai et pas le 1er, car "ça suffit avec les amendes".

 




 

Vos commentaires