En ce moment
 
 

Vélo Jump d'Uber à Bruxelles: "Ce brillant GOUGNAFIER a préféré le placer soigneusement devant ma porte!"

Vélo Jump d'Uber à Bruxelles:
(c) RTL INFO

Si vous habitez Bruxelles, vous aurez remarqué depuis quelques jours des vélos rouges électriques avec un panier à l'avant en différents endroits de la ville. Sur le même principe que les trottinettes vertes "Lime", ces vélos appelés "Jump" et proposés par le géant américain Uber, peuvent être laissés n'importe où. Il n'y a pas nécessité de les déposer à une borne précise comme pour les Villo!, les vélos partagés en circulation dans la capitale depuis de nombreuses années. Un atout pour certains. Un inconvénient pour Philippe dont l'entrée de la maison s'est retrouvée obstruée par un vélo rouge samedi dernier.

"Un inconnu a laissé un cadeau devant le seuil de ma maison ! Plutôt que de le mettre devant chez lui, ce brillant gougnafier (NDLR: signifie un "bon à rien") a préféré le placer soigneusement devant ma porte", se fâche le Bruxellois via le bouton orange Alertez-nous, nous soumettant une photo de la "magnifique attitude".

L'homme, "récemment opéré du dos" et ne pouvant dès lors pas soulever "de charge importante", n'imaginait pas pouvoir déplacer la bicyclette. "Ces vélos auraient un poids, lit-on, de 30 kilos. Qui appeler, week-end compris, pour faire dégager son accès rapidement ?", se plaignait-il. Les vélos Jump pèsent exactement 32 kilos, ce qui "leur confère une grande stabilité", s'enorgueillit Uber. La vitesse du vélo électrique peut monter jusqu'à 25 km/h, est disponible via l'application d'Uber en permanence et coûte 0,15 euro par minute en plus d'un euro pour le déverrouillage. A l'issue de son utilisation, il est demandé d'attacher le deux-roues avec l'antivol qui l'équipe et de ne pas le laisser dans le chemin des autres personnes...

Les vélos Jump sont répartis sur six communes: Bruxelles-Ville, Ixelles, Saint-Gilles, Etterbeek, Saint-Josse-Ten-Noode et Schaerbeek.

Présent au lancement de Jump, le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (sp.a) se réjouit que la ville soit parmi les premières en Europe à pouvoir accueillir ces vélos. "La Région veut être ouverte à la micromobilité", a-t-il souligné. "Et d'autres viendront encore, je pense...", a-t-il laissé entendre.

Il a toutefois rappelé le besoin de sensibiliser le client à ne pas laisser n'importe où sur le trottoir son deux-roues ou sa trotinnette électrique. Une ordonnance bruxelloise existe d'ailleurs afin de réglementer si nécessaire de telles nuisances. Des zones pourraient ainsi être interdites au dépôt de ce type d'engin ou d'autres désignées pour une concentration de ces vélos ou trottinettes en libre-service. Une analyse va être réalisée dans les six mois à venir afin de voir s'il est nécessaire de la mettre en oeuvre, précise-t-on à son cabinet. "La vraie nuisance à Bruxelles, ce sont les voitures", a toutefois pointé le ministre Smet.

Vos commentaires