Accueil People News

Mort à 78 ans du Britannique Jeff Beck, le "guitariste des guitaristes"

Le Britannique Jeff Beck, "guitariste des guitaristes" de rock, blues, et même de jazz, qui a taillé sa légende au sein du groupe The Yardbirds de Jimmy Page et Eric Clapton dans les années 1960, est mort mardi à 78 ans d'une méningite.

"Au nom de sa famille, c'est avec une profonde tristesse que nous partageons la nouvelle du décès de Jeff Beck. Après avoir soudainement contracté une méningite bactérienne, il est décédé paisiblement hier", selon un communiqué, mercredi soir, sur le site du musicien qui a remporté huit Grammy Awards en récompenses de sa virtuosité, ses multiples influences et son sens de l'innovation à la guitare électrique en près de 60 ans de carrière.

Tous ses pairs de Mick Jagger à Jimmy Page, la plupart britanniques de la même génération née dans les années 1940, se sont inclinés devant ce "génie". Jagger, leader des Rolling Stones, a rendu hommage dans une vidéo sur Twitter à "un homme merveilleux et l'un des plus grands guitaristes du monde".

"Personne ne jouait comme Jeff"

"Personne ne jouait de la guitare comme Jeff", a salué, également sur Twitter, l'Israélo-Américain Gene Simmons du groupe de hard rock Kiss. Son comparse dans le heavy metal, le fondateur de Black Sabbath, Tony Iommi, a vu en Jeff Beck "une incroyable icône, un guitariste de génie". "Il n'y aura jamais un autre Jeff Beck", a-t-il affirmé.

Le chanteur britannique de heavy metal Ozzy Osbourne a évoqué, toujours sur Twitter, "l'incroyable honneur d'avoir joué avec lui sur (son) tout dernier album".

Le musicien Paul Young s'est dit tout autant "dévasté par la mort soudaine et tragique du guitariste de légende" en ajoutant que Geoffrey Arnold Beck n'était rien moins que "le guitariste des guitaristes".


Le duo taille sa légende avec les albums et morceaux "Shapes of Things" et "Over Under Sideways Down", avant que Page ne fonde Led Zeppelin. Sur Instagram, Jimmy Page, 79 ans, a salué "le guerrier à six cordes (qui) n'est plus là pour que nous admirions le charme qu'il était capable de diffuser sur nos émotions de mortels".

Innover avec le son

Capable de passer d'un style à l'autre (rock, hard rock, blues, jazz) et d'innover en permanence avec le son de ses instruments et de ses amplis, il fonde au tournant des années 1960 et 1970 le groupe de hard rock The Jeff Beck Group avec le chanteur britannique inconnu alors Rod Stewart, et Ron Wood des Rolling Stones.


Stewart n'a estimé mercredi soir que "Jeff Beck (venait) d'une autre planète". "Il m'a emmené avec Ronnie Wood aux Etats-Unis à la fin des années 1960 dans son groupe The Jeff Beck Group et nous n'avons pas regardé en arrière depuis", a-t-il écrit sur Twitter, avec une photo des deux hommes.


Jeff Beck débute ensuite une très longue carrière solo où il connaît le succès dès le milieu des années 1970 avec l'album "Blow By Blow". Dans les années 1980 et 1990, il joue avec les plus grands et enchaîne les concerts : Mick Jagger, Tina Turner, Roger Waters, Jon Bon Jovi... Lors d'un festival de jazz en 2009 à Montréal, il avait reconnu qu'il était "très difficile de mettre le doigt sur la provenance de mon son".


Rocker, bluesman, jazzman, il se disait aussi influencé par Les Paul, Ravi Shankar ou Django Reinhardt. Il est réputé également pour ses effets de distorsion avec sa guitare, un son expérimenté à la même époque par The Who de Pete Townshend. En 2015, le magazine Rolling Stone l'avait hissé au cinquième rang de son classement des 100 plus grands guitaristes de tous les temps.


En juillet dernier, il avait même sorti un album et joué en concert avec son ami, l'acteur et musicien américain Johnny Depp.
Jeff Beck n'était pas amateur de guitares acoustiques et préférait les électriques de marques Fender et Gibson. Le fabricant américain a estimé dans un tweet que Beck "fut et sera toujours une source d'inspiration. Merci pour la musique".

À la une

Sélectionné pour vous