En ce moment
 

Mariés au premier regard: "Le physique ça ne s'invente pas", lâche Junior à propos de Manon (vidéo)

Mariés au premier regard:
© RTL TVI
 
 

La science peut-elle nous aider à trouver le grand amour? Alors que les sites ou applications de rencontres se multiplient et que les moyens de trouver le partenaire idéal semblent plus nombreux qu'auparavant, un constat s'impose depuis quelques années: la vie en concubinage est plus tardive que par le passé, le nombre de mariages baisse, la durée de vie de ces unions est plus courte qu'auparavant et le taux de divorce plus élevé.

Dans Mariés au premier regard, le grand moment est arrivé pour les couples qui se sont unis quelques semaines plus tôt. Ils ont dû décider de poursuivre l'aventure ensemble ou de se quitter. 

Pour Junior, la décision a été facile à prendre. Même si en découvrant l'album de son mariage avec Manon, les émotions sont arrivées, il a décidé de divorcer car l'apparence de Manon ne lui plaît pas. "Le physique, ça ne s'invente pas", a lâché l'homme en parlant de son épouse. 

"Ca n'a pas matché. Même en apprenant à la connaître, je n'aime pas parler comme ça, mais je n'aurais jamais pu aller au-delà de l'aspect physique", a-t-il ajouté. 

Mais Manon ne s'est pas limitée à l'apparence, elle a voulu vivre l'expérience jusqu'au bout contrairement à son mari. Elle a essayé de découvrir Junior, mais les réticences de ce dernier ont eu raison de ses nombreuses tentatives. Le couple n'est même pas parti en voyage de noces.

Réalisant qu'ils n'iraient nulle part ensemble, Manon a décidé, comme Junior, de mettre un terme à leur mariage. "C'est la vie, ce n'est pas lui, c'est que c'est un autre (...) je ne suis pas déçue d'avoir participé à cette expérience, loin de là", a répondu la femme qui reste positive malgré tout, ajoutant même que si c'était à refaire, elle n'hésiterait pas. "L'aventure est humaine et j'ai vécu des moments inoubliables".

Pourtant leur complicité post-mariage témoignait du potentiel relationnel qu'ils avaient, explique Céline Delfosse, docteur en psychologie.




 

Vos commentaires