En ce moment
 

Comment ce couple belgo-danois va vivre Danemark-Belgique? "Les enfants ne savent pas pour qui tenir" (vidéo)

 
 

Laurent Streel, 40 ans, est belge. Ida Andersen, 38 ans, est danoise. Ce qui les relie ? La famille et leurs enfants, puisqu’ils sont en couple depuis 10 ans et sont les heureux parents de Lisa et Louis. Ils habitent actuellement au Kenya, où ils regarderont Danemark – Belgique demain. "On avait prévu d’inviter peut-être des amis et de vivre ça à plusieurs avec des Belges et des Danois, même si on connait plus de Belges que de Danois, comme on est francophones, mais ici on pense qu’on regardera le match en famille", explique Laurent.

Et l’avantage au Kenya, c’est que "ce qui est vraiment chouette c’est que le décalage horaire n’est que d’une heure, que le match est à 19h et que donc les enfants pourront regarder exceptionnellement".

Rencontrés à Zanzibar il y a 10 ans

Car le couple est plutôt globe-trotteur. Ils se sont rencontrés à Zanzibar. "J’étais parti faire du kitesurf et elle revenait d’une mission au Congo parce qu’elle travaille dans l’humanitaire pour la Croix-Rouge. Et coup de foudre quoi. On était tous les deux au sommet de notre âge, de nos carrières, et donc voilà c’était le coup de foudre. On s’est rencontrés, on a tenté le coup et puis j’ai tout lâché en Belgique. On a fait le Congo, l’Azerbaïdjan, le Sri Lanka et puis on a eu les enfants pendant tout ça et là on est en mission à Nairobi. Elle travaille pour le Croix-Rouge et moi j’ai trouvé un travail à l’ambassade de Belgique. Pour les enfants, Lisa est née au Danemark, elle a 8 ans, et Louis est né en Belgique et a 5 ans. Ils ont tous les deux la nationalité belgo-danoise."

Des souvenirs de la fête après l'Euro 1992

Et en tant que binationaux, "les enfants me disent quand même qu’ils ne savent pas pour qui tenir. Parce que si c’est le Danemark qui gagne papa va être triste et si c’est la Belgique qui gagne maman va être triste", explique Ida, pour qui voir le Danemark remporter cet Euro n’est pas illusoire.

La preuve ? "Je me souviens encore en 1992 quand on a gagné l’Euro. Moi j’avais 10 ans mais j’ai un souvenir. Ça a été la fête tout cet été-là. J’étais en stage d’été et tous les adultes étaient fous !"

Le 12ème homme, l'atout danois

Mais avant cela, il faudra battre la Belgique pour espérer se qualifier : "Pour la paix du ménage, je suis pour la Belgique", explique-t-elle en riant. Plus sérieusement, "il y a l’espoir de gagner mais j’ai conscience que la Belgique a aussi une équipe forte. On a appris qu’on allait pouvoir avoir 25.000 spectateurs directs dans le stade. On pense que ça va jouer en notre faveur", espère-t-elle.

Bon joueur, Laurent concède de nombreuses qualités à notre adversaire. "J’ai l’impression que c’est le genre d’équipe qui peut créer la surprise parce qu’ils sont très soudés et ce sont quand même des costauds. Ils ont un bon gardien, le fils de Schmeichel. Ils jouent devant leur public. Pourquoi pas, il y a toujours une équipe ou deux qui crée la surprise. Je pense à la Grèce, au Portugal ou au Danemark. Ça ferait plaisir pour la famille. On serait fiers. Si ce n’est pas la Belgique c’est une sorte de lot de consolation que je prendrais ouais."


 




 

Vos commentaires