Roberto Martinez joue carte sur table à l'approche de la Coupe du Monde: Batshuayi, Dembélé Kompany... le sélectionneur fait le point

Roberto Martinez joue carte sur table à l'approche de la Coupe du Monde: Batshuayi, Dembélé Kompany... le sélectionneur fait le point

Les Diables Rouges sont à quelques mois seulement du début de leur prochaine grande échéance, la Coupe du Monde, disputée en Russie du 14 juin au 15 juillet prochain. L'occasion pour le sélectionneur de faire le point sur la forme de certains joueurs et sur ses plans, alors que l'attente autour de cette génération se fait de plus en plus grande.

La Belgique débarquera en Russie avec l'envie de laver l'affront subi en France, où les Diables avaient été éliminés face au Pays de Galles en quart de finale. L'arrivée de Roberto Martinez a redistribué les cartes, le coach espagnol ayant notamment changé de système, préférant jouer avec trois défenseurs, renforçant ainsi la présence offensive d'une équipe belge qui regorge de talents dans ce secteur.

A quatre mois de la Coupe du Monde, le sélectionneur s'est livré au Nieuwsblad, faisant le point sur certains dossiers difficiles, permettant d'éclaircir l'horizon à l'aube de ce nouveau grand tournoi, le troisième de cette génération.

Auteur d'une performance stratosphérique face à la Juventus la semaine dernière, Moussa Dembélé semble entrer en ligne de compte pour un poste de titulaire. "Tout le monde sait de quoi Moussa est capable", explique Roberto Martinez. "Mais le moment et la manière où il l'a montré... La Juventus flirte chaque année avec la victoire en Ligue des Champions. Moussa a pris ce match en main. Il était le meneur de jeu, il ne faut pas le sous-estimer ou l'oublier. Cela montre à quel point il est devenu mature. Un autre aspect important, c'est qu'il n'est désormais plus blessé. Il n'a plus de problème à la cheville. Si tu ne peux pas jouer toutes les semaines 90 minutes, tu le paies".


"Batshuayi est le meilleur transfert hivernal en Europe"

Le cas Vincent Kompany fait également débat en Belgique. Le capitaine de Manchester City sera-t-il dans le groupe? Sa condition physique devra être suffisante s'il veut espérer faire le voyage en Russie. "Je ne le prendrai pas en Russie s'il n'est pas en forme, c'est sûr. Je ne prends seulement que des joueurs qui peuvent jouer", avoue le sélectionneur.

"Vincent a toujours été un leader, mais c'est surtout un footballeur. Si tu n'es pas suffisamment en forme et que tu ne peux pas te battre pour ta place, tu ne peux pas aller en Russie. Ce qui est intéressant, c'est que tu ne remarques jamais qu'il a été longtemps blessé. Quand il joue, il atteint toujours un bon niveau. On a l'impression qu'il était sur le terrain lors des six ou sept dernières semaines. C'est incroyable et très important pour un grand tournoi", explique Martinez.

Romelu Lukaku devrait, lui, rester le titulaire à la pointe de l'attaque de l'équipe nationale. Cependant, Michy Batshuayi explose les compteurs à Dortmund et le sélectionneur semble sous le charme du joueur de 24 ans. "C'est le meilleur transfert hivernal en Europe. Il a utilisé cette période à bon escient après avoir été un peu mis sur le côté à Chelsea. On voit qu'il est désormais libéré à Dortmund. Il est capable de marquer à partir de rien et c'est très important. Il doit maintenant poursuivre à ce niveau".


Une Pro League encore trop tendre


L'Espagnol ne l'a jamais caché, lorsqu'il a signé son contrat, il a clairement accepté de mieux observer la Pro League afin d'intégrer des jeunes venus du plat pays. Le coach semble cependant assez peu confiant dans ce domaine, avouant que la concurrence, très relevée dans ce groupe, ne joue pas en la faveur de joueurs issus de notre compétitions.

"Foket, Limbombe, Vanaken, Mechele mais aussi Obbi Oulare sont des joueurs qui ont attiré mon attention en Belgique", explique l'ancien entraîneur d'Everton. "Leur problème, c'est qu'ils doivent évidemment faire avec la concurrence en équipe nationale avec les meilleurs joueurs du monde".

Même constat pour Leander Dendoncker, dont la polyvalence plaît au coach, mais qui ne semble pas prêt à assumer un grand rôle en sélection à court terme. "Il doit se reprendre. Je vais bien le suivre. Il sait qu'il va devoir se montrer s'il veut être sélectionné, c'est évident. Il sait que la concurrence est grande. Leander a l'avantage de pouvoir jouer à plusieurs positions. Mais il doit être conscient qu'il doit désormais se focaliser sur ses prestations sur le terrain".

Les Diables Rouges entameront leur tournoi par une rencontre face au Panama, le 18 juin à 17 heures. Ils affronteront ensuite la Tunisie (23/6) et l'Angleterre (28/6). Plus que quelques mois pour peaufiner les derniers réglages de la machinerie noire-jaune-rouge... 

Vos commentaires