En ce moment
 

Youri Tielemans revient sur la demi-finale de Coupe du monde contre la France: "Si tu joues avec Mousa Dembélé ou Tielemans, ce n'est pas le même match"

Youri Tielemans revient sur la demi-finale contre la France:
© belgaimage

En quelques années, et de par ses prestations, Youri Tielemans est passé de jeune espoir à valeur sûre du noyau actuel des Diables Rouges. "C'est vrai qu'en équipe nationale et depuis la Coupe du monde, mes prestations ont fait que mon rôle dans le groupe a évolué", a confié le milieu de terrain de Leicester à nos confrères de Sport/Foot Magazine. "Je ne suis plus le petit jeune qui débarquait sur la pointe des pieds en mai 2015 en stage avec les Diables de Wilmots à un an de l'EURO. Là, j'ouvrais encore de grands yeux. Aujourd'hui, je ne dirais pas que je suis installé, mais que les bons matchs accumulés ces deux dernières années m'ont offert un autre statut. Devenir un jour le patron ? Il ne faut pas aller trop vite. C'est à moi, par mon jeu, de me faire cette place-là. Mais oui, ce rôle de leader, j'ai été habitué à l'occuper, plus jeune, dans toutes les équipes d'âge par lesquelles je suis passé à Anderlecht. Et aujourd'hui encore, avec les Diables, quand il y a un nouveau qui arrive, j'essaie toujours de le mettre à l'aise le plus vite possible. Mais je ne suis pas le seul à faire ça, bien sûr".

L'ancien joueur d'Anderlecht est également revenu sur la demi-finale de Coupe du monde contre la France. "On espère toujours jouer", a-t-il indiqué. "Je pense que l'entraîneur a essayé une certaine tactique dans ce match où on était privé de Meunier. Évidemment, j'espérais débuter la rencontre, comme toutes les autres. Si tu joues avec Dembélé ou Tielemans, ce n'est pas le même match. Mais je pense que beaucoup de coaches auraient fait ce choix-là, compte tenu de l'expérience d'un gars comme Dembélé. Après, ce serait mentir si je vous disais qu'en deuxième mi-temps, quand je m'échauffe, je n'espère pas rentrer. Je trépignais, j'avais envie d'aider l'équipe, de changer le cours du match, mais les circonstances en ont décidé autrement".

Vos commentaires