En ce moment
 

C3: dans la tourmente, Ben Yedder et Volland guettent l'éclaircie avec Monaco

 
 

Une qualification en Ligue des champions ratée, un début de championnat manqué: en difficulté, le duo de stars de Monaco Wissam Ben Yedder-Kevin Volland compte enfin rebondir pour bien débuter sa campagne de Ligue Europa contre le Sturm Graz, jeudi (21H00).

Cette saison, Kevin Volland a déjà marqué. C'était à Prague (2-0), le 3 août dernier, en 3e tour préliminaire aller de C1. Il y a une éternité donc...

Quant au capitaine Wissam Ben Yedder, lui, il a bien failli être le héros monégasque à Karkhiv, en barrage retour de C1 contre le Shakhtar Donetsk (2-2 a.p.). Or, non seulement son doublé n'a pas servi à grand chose, mais en plus, on n'a retenu de lui que ses deux face-à-faces perdus face au gardien vétéran ukrainien Andriy Pyatov.

Ces faits sont les plus retentissants des deux stars offensives monégasques depuis la reprise. Car en Ligue 1, ils cumulent une seule et maigre passe décisive, par Ben Yedder.

Des statistiques si éloignées de celles de la saison dernière (36 buts et 14 passes décisives à eux deux dans l'élite) qu'elles sont indignes d'internationaux français et allemand, sélectionnés pour le dernier Euro...

- "Être plus proche de lui" -

"C'est clair, on n'a pas fait un bon début", analyse Volland. "On a montré deux visages. Contre le Shakhtar, on a été bons, pas contre Marseille (0-2). Il nous faut revenir aux bases du jeu, travailler plus collectivement et être mieux organisés sur le terrain. J'ai déjà vécu de telles périodes. On a la chance de jouer souvent et de pouvoir redémarrer une dynamique contre Sturm Graz."

Malgré l'optimisme de l'Allemand, on trouve peu d'éléments récents en provenance du terrain permettant de conforter ses propos. Monaco n'y arrive plus. Pire, les automatismes entre les deux attaquants ne sont plus visibles. Comme si quelque chose s'était cassé durant l'été...

"On n'a pas marqué en L1, on ne s'est pas fait pas de passe décisive, rétorque Volland. Mais les connexions sont multiples dans une équipe, pas uniquement entre Wissam et moi."

Puis la meilleure recrue monégasque de la saison dernière reconnaît toutefois: "Peut-être dois-je plus courir en direction de la surface? Essayer d'être plus proche de lui? Afin de nous donner plus de chances de marquer et de mieux nous trouver, je dois être moins loin de lui."

Niko Kovac travaille quotidiennement à ce que le duo redevienne létal. Mais avant d'expliquer comment, l'entraîneur croate entend mettre de la perspective.

-"Tout semble plus compliqué"-

"Ils ont raté les trois premières semaines de la reprise en raison de l'Euro", précise-t-il. "On a essayé de faire en sorte qu'ils rattrapent ce retard, avec une grosse dépense d'énergie lors du match retour contre le Shakhtar. Mais ils ont encore besoin de temps pour gagner en rythme."

Pourtant, de nombreux internationaux ayant disputé l'Euro sont déjà en très grande forme. Si l'argument d'une condition physique encore précaire peut s'entendre, il ne peut évidemment pas être unique.

Kovac, qui le sait très bien, poursuit: "Ils parviennent à se créer des occasions. Cela passe très près, même contre Marseille, avec une passe mal ajustée de Gelson (Martins) pour Wissam."

"Actuellement, ces petits détails ne tournent pas en notre faveur", continue l'entraîneur monégasque.

"Tout semble plus compliqué et difficile lorsqu'on ne gagne pas. Mais il faut travailler encore. Kevin et Wissam sont des grands buteurs. On doit leur donner plus de ballons pour qu'ils se créent plus d'occasions. On doit les trouver dans la surface pour augmenter leurs possibilités de marquer", conclut-il.


 




 

Vos commentaires