En ce moment
 

"Moi je ne demande pas, j'ordonne": Zlatan Ibrahimovic prêt à venir remettre de l'ordre au PSG

"Moi je ne demande pas, j'ordonne": Ibrahimovic a offert ses services au PSG pour recadrer les joueurs
 
 

Ancien joueur du club, où il était l'une des premières superstars de l'ère qatarie, Zlatan Ibrahimovic a bien failli endosser un rôle de directeur sportif au PSG. C'est ce qu'il a révélé dans son livre, sorti ce jeudi.

Zlatan Ibrahimovic et le PSG, ce n'est peut-être pas fini. Passé au club entre 2012 et 2016, inscrivant 156 buts en 180 rencontres, le Suédois n'a pas l'intention d'abandonner le club qu'il a le plus souvent représenté en carrière. 

Dans son livre "Adrénaline. Mes histoires inédites", Ibrahimovic révèle avoir contacté le PSG l'été dernier pour devenir directeur sportif. Avec une ambition: calmer les ardeurs de certains et refaire du PSG une vraie équipe de football. "C’est vrai, je me suis offert au PSG, mais pas en tant que footballeur. En tant que directeur sportif. J’ai appelé Nasser Al-Khelaïfi, le président, et je lui ai proposé: ‘Si je ne renouvelle pas mon contrat avec le Milan, je viendrai au PSG et je vais remettre de l’ordre dans ton équipe’. Nasser a ri, mais il n’a pas dit non", a-t-il écrit. Il a finalement prolongé à Milan.

Visiblement, le projet était bien pensé et avait reçu l'aval de joueurs et de l'agent du joueur, Mino Raiola. "Il m’a dit: ‘C’est ton rôle idéal. Tu dois y aller, point.’ (...) Raiola savait bien qu’il ne pourrait jamais me détacher de Milan, mais il était d’accord avec moi: si je n’avais pas prolongé le contrat, le rôle de manager au Paris-Saint-Germain, cela aurait été le bon avenir. Même les joueurs du PSG à qui j’en ai parlé le pensaient. L’un m’a dit: ‘Zlatan, toi seul peux remettre de l’ordre et amener de la discipline dans l’équipe.’ J’ai aimé le projet mais ça ne suffisait pas pour empêcher le sentiment de peur et de panique que je ressentais à l’idée d’arrêter ma carrière de footballeur. Une chose, c’est de le dire, une autre de le faire. Je serais allé à Paris, j’aurais observé l’entraînement de l’équipe et je me serais demandé mille fois : ‘Pourquoi as-tu arrêté ?’”, a expliqué le géant suédois dans son ouvrage.

Il a ensuite donné une idée de ses méthodes. “Le PSG a changé son histoire en quarante-huit heures : il est passé d’un statut de club normal à la dimension qu’il a aujourd’hui. Donc si tu n’as pas un dirigeant fort, cela peut devenir ingérable, avec toutes les stars que tu as amassées dans ton équipe. Il y a quarante joueurs, mais aucun ne veut s’en aller, même s’il ne joue pas, on reste car on est trop bien au PSG. Si j’étais là, tout le monde serait toujours sur le grill. Parce que si je te paie et que tu ne me rends pas le maximum, tu ne peux pas rester. Ça, c’est la discipline. Je n’ai rien de personnel contre Leonardo. Au contraire je l’aime bien, c’est lui qui m’a fait venir au PSG. Je ne peux rien lui reprocher mais je connais la différence entre nous : moi, je ne demande pas, j’ordonne". Reste à savoir si une telle opportunité se présentera dans le futur.


 

Vos commentaires