Juventus Turin: comment Maurizio Sarri s'est mis son vestiaire à dos

Juventus: comment Maurizio Sarri s'est mis son vestiaire à dos
© BELGAIMAGE
 
 

Maurizio Sarri n'a pas survécu à l'élimination de la Juventus en Ligue des champions. Les méthodes de l'entraîneur italien, qui ont fait briller le Naples de Dries Mertens, ont échoué à Turin. Notamment à cause de sa personnalité mais aussi des joueurs. Les langues se délient depuis le départ du coach de 61 ans. Le quotidien Corriere della Sera révèle quelques anecdotes du vestiaire de la Vieille Dame.

La Juventus a annoncé samedi avoir retiré la direction de son équipe à l'entraîneur Maurizio Sarri qui, malgré un nouveau titre de champion, n'a pas résisté à l'élimination des siens vendredi en 8e de finale de Ligue des Champions par Lyon malgr sa victoire 2-1 (défaite 1-0 en France).

Depuis l'éviction de l'ancien coach de Naples et de Chelsea, les langues se délient. Le quotidien Corriere della Sera a d'ailleurs révélé plusieurs anecdotes du vestiaire turinois...

La première grande décision de Sarri fut d'aller rendre visite à Cristiano Ronaldo en vacances. Il aurait demandé à l'astre portugais le style de jeu qu'il voulait pratiquer et dans quelle position il voulait évoluer. Le reste de l'effectif, mis au courant de cette rencontre et du désir de Sarri de mettre CR7 sur un piédestal, n'aurait pas apprécié ces faveurs.

En ce qui concerne le premier match de la Juve: la Vieille Dame est menée à la mi-temps par Tottenham. Sarri aurait tenté une blague: "Mais comment j'ai pu perdre deux scudetti contre vous?!", provoquant un malaise dans le vestiaire.

D'ailleurs, on apprend dans Corriere Della Sera que Douglas Costa n'aimait pas que Sarri l'approche parce qu'il trouvait qu'il fumait trop près de lui...

Dans cet article, on revient sur Ronaldo: il s'est toujours donné à fond que ce soit aux entraînements et aux matches, mais il n'en pouvait plus d'entendre son entraîneur lui répéter "joue à 2 touches, à 2 touches". Le journaliste italien souligne qu'il y a eu un "rejet technique" de la part des joueurs.

Enfin, Sarri avait tout de même quelques supporters dans le vestiaire: Miralem Pjanic et Paulo Dybala.




 

Vos commentaires