Accueil Sport

JO-2022: Michelle Gisin, une famille en or

La Suissesse Michelle Gisin, sacrée championne olympique de combiné pour la deuxième fois jeudi à Yanqing, s'est toujours appuyée sur une famille dingue de ski alpin pour atteindre les sommets.

- Une famille 100% ski -

Avec l'or du combiné jeudi, Michelle Gisin, 28 ans, a apporté à la fratrie Gisin (prononcez "Guizine") un troisième titre olympique, après un premier en combiné en 2018 et celui de la descente de sa grande soeur Dominique (36 ans) en 2014 (à égalité avec la Slovène Tina Maze), désormais retraitée.

Le frère Marc (33 ans) a également skié au niveau international sans connaître la même réussite.

"Mes parents sont de grands passionnés, surtout mon père et mon grand-père maternel, un grand amoureux de ce sport", expliquait Michelle Gisin la saison dernière à l'AFP, à propos de sa famille établie à Engelberg (Obwald).

"Mon frère et ma soeur sont mes modèles. J'adorais les regarder, j'ai toujours voulu faire les mêmes choses. Quand j'avais 5 ans je devais me lever à 6 heures du matin pour les accompagner sur des courses, je voulais absolument être avec les grands. Je pense que j'étais la plus grande fan des deux", relate-t-elle.

"L'or olympique de Dominique a été le jour le plus émouvant de ma vie, pour moi et toute ma famille, par rapport à l'histoire de Dominique, avec toutes ses blessures. Ce jour et la dernière 5e place de Marc à Kitzbühel, c'était incroyablement beau, je n'oublierai jamais. J'adore aussi le fait qu'ils soient devenus des personnes incroyables. Ce sont mes idoles, dans tous les sens du terme."

"Bien sûr les deux me donnent des conseils, c'est beau d'avoir une connexion si forte avec mon frère et ma soeur", note la compagne du vice-champion du monde italien du géant Luca de Aliprandini.

"Ils m'ont tout apporté, j'ai tout appris d'eux. Dominique m'a appris à toujours me battre, de toujours suivre mon cœur et mes passions. Marc m'a appris à chercher la satisfaction, toujours m'améliorer", ajoute la skieuse polyglotte (allemand, français, anglais, italien et différents dialectes suisse allemands).

- La peur de la blessure -

Handicapée par une mononucléose l'été dernier, Michelle Gisin a connu de longue date les terribles blessures que peuvent subir les skieurs.

"J'étais très jeune quand Dominique a commencé à se blesser, mais tu comprends très vite que ça fait partie du sport. Pour moi c'était peut-être encore plus difficile de gérer les grandes chutes de Marc. Dominique, j'avais presque l'habitude, mais Marc est très grand et très fort, c'est le grand frère un peu Superman, indestructible."

Marc avait notamment connu une chute terrible en décembre 2018 à Val Gardena (Italie). Il avait pris sa retraite deux ans plus tard alors qu'il n'avait jamais vraiment récupéré ses capacités.

"Leurs blessures ont sûrement changé ma façon de skier (...) Je n'ai jamais été une tête brûlée mais je suis moins légère. Avant j'arrivais sans pression, c'était léger, plus libre."

- Le "style Gisin" -

Double championne olympique et double médaillée mondiale sur le combiné (argent en 2019, bronze en 2021), la Suissesse impressionne par sa polyvalence alors qu'elle s'aligne quasiment sur chaque départ de Coupe du monde, utilisant un style particulier.

"Le style Gisin c'est la bonne technique et beaucoup, beaucoup de sensations. C'est ce qui se passe sous nos pieds, c'est fin, une belle technique et surtout un incroyable feeling", détaille-t-elle.

À la une

Sélectionné pour vous