Accueil Sport

Patinage/Affaire Valieva: "Beaucoup de peine", estiment Papadakis et Cizeron

Les champions olympiques de danse sur glace, les Français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, ont estimé auprès de l'AFP mercredi que l'affaire Valieva, qui a éclaté en pleins JO de Pékin avec l'annonce du contrôle antidopage positif de la jeune patineuse russe, a causé "beaucoup de peine à beaucoup de monde".

"Je pense que ce moment a fait beaucoup de peine à beaucoup de monde pour plusieurs raisons. Il y a beaucoup d'athlètes qui ont ressenti de l'injustice par rapport au fait qu'il y a eu toute cette histoire de dopage et qu'elle a quand même été autorisée à faire la compétition. Et puis il y a énormément d'empathie aussi pour elle, parce qu'on s'est tous mis à sa place et qu'on a tous ressenti à quel point sa position était super, super difficile et injuste", explique Papadakis.

"Je pense que tout le monde était d'accord pour dire qu'elle n'aurait jamais dû être mise dans cette position-là. C'est très triste", complète-t-elle.

Valieva, 15 ans et favorite pour l'or olympique pour son premier hiver en seniors, a été autorisée à concourir en individuel à la dernière minute après un contrôle antidopage positif à la trimétazidine surgi en pleins Jeux de Pékin. En tête après le programme court, la jeune Russe a implosé dans le programme libre, et terminé au pied du podium olympique, dans des sanglots déchirants pas réconfortée par sa glaciale entraîneure Eteri Tutberidze.

Interrogé sur la mesure visant à relever l'âge minimum de 15 à 17 ans pour concourir en seniors que proposera la Fédération internationale de patinage (ISU) lors de son prochain congrès en juin, "ma première impression, c'est que c'est une bonne chose", estime Cizeron.

"Parce qu'on voit en fait beaucoup de gamines, c'est presque des enfants à cet âge-là, amenées en haut du podium, puis jetées juste après. Elles ont des carrières qui sont très courtes. Je ne sais pas dans quelle mesure ça impacte leur vie après (mais) je ne peux pas imaginer que ce soit nécessairement quelque chose d'extrêmement positif, développe-t-il. J'ai l'impression que ça va peut-être leur permettre d'avoir plus de longévité, et du coup d'avoir plus le temps de gagner en maturité. Ca devrait probablement rendre la compétition plus intéressante, parce que c'est vrai qu'on a envie de voir du patinage mature. Là, c'est des enfants qui sautent."

"J'espère surtout qu'il y aura des enquêtes qui seront faites et qu'on pourra faire en sorte que partout dans le monde, tous les athlètes évoluent dans des milieux sains, avec des gens bienveillants autour d'eux", souligne Papadakis.

Le jeune âge de Valieva - moins de seize ans - en fait une "personne protégée" au sens de l'Agence mondiale antidopage (AMA) et implique, outre des sanctions allégées, d'enquêter sur son entourage - un élément déjà annoncé l'agence russe antidopage (Rusada) et l'AMA.

À la une

Sélectionné pour vous