En ce moment
 

GP moto du Qatar: la première pole de 2022 pour Martin, loin devant Quartararo

 
 

Jorge Martin commence 2022 comme il a terminé 2021, en pole position: l'Espagnol de Ducati-Pramac a dominé les premières qualifications de la saison de MotoGP, au Grand Prix du Qatar samedi, loin devant le Français Fabio Quartararo (Yamaha), 11e.

Dimanche à 18h00 locales (16h00 françaises), à la nuit tombée, le champion en titre s'élancera non loin de son rival italien Francesco Bagnaia (Ducati), vice-champion l'an dernier et 9e sur la grille de départ du circuit de Losail.

Le second Français Johann Zarco (Ducati-Pramac) partira 13e après avoir vu son meilleur chrono qualificatif annulé à cause de drapeaux jaunes.

Que manque-t-il à Quartararo ? Il évoque un manque d'adhérence à l'arrière qui rend sa moto instable et les chiffres indiquent sa vitesse de pointe: au mieux, en qualifications, sa Yamaha a atteint 336,4 km/h, la plus faible du plateau, loin des 349,5 km/h de l'Italien Enea Bastianini (Ducati-Gresini).

"La vitesse de pointe est une chose mais je ne suis pas ingénieur", balaye le pilote de 22 ans. "La seule stratégie que je peux avoir, c'est d'attaquer à 100%. Quelles que soient les conditions, c'est le seul moyen d'être devant."

"C'est dommage car c'était une bonne journée. Je ne m'attendais pas à m'améliorer autant", déplore pour sa part Zarco. "Mais ce sera un bon exercice pour demain pour travailler sur d'autres choses que je veux améliorer: prendre mon temps, contrôler mon rythme."

- Marquez placé -

Parmi les favoris annoncés, l'Espagnol Marc Marquez (Honda), qui sort de deux saisons perturbées par les blessures, tire son épingle du jeu avec sa 3e place derrière Martin et Bastianini, qui entament à 24 ans leur deuxième saison dans la catégorie reine.

"Bien sûr que je suis heureux, ne cache pas le sextuple champion du monde en MotoGP. L'objectif était d'être dans les deux premières lignes mais, hier déjà, je me sentais très bien. (...) Enfin, on est samedi, c'est important mais la course est demain." L'Espagnol se sent capable de jouer les premières places, pas forcément la victoire... ou, en tout cas, c'est ce qu'il dit !

Martin non plus ne vend pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué: "C'est toujours super d'être en pole mais je ne suis pas à 100% heureux, assure le pilote Ducati-Pramac. Il nous manque un peu encore en rythme de course. On a beaucoup de travail à faire ce soir pour trouver 1 ou 2 dixièmes pour se battre pour la victoire."

La deuxième ligne revient à l'Australien Jack Miller (Ducati) et aux frères espagnols Aleix et Pol Espargaro, le premier pour Aprilia et le second pour Honda.

Déception, par contre, pour les Suzuki qui avaient dominé les essais libres: l'Espagnol Joan Mir s'est classé 8e des qualifications, entre le Sud-Africain Brad Binder (KTM) et Bagnaia, et son compatriote Alex Rins n'est que 10e sur 24.

Reste à voir s'ils pourront faire mieux sur la durée d'une course, comme peuvent l'espérer aussi Qartararo ou Bagnaia.

- Messages de paix et sanctions -

En Moto2 et en Moto3, les premières poles de la saison ont été attribuées à l'Italien Celestino Vietti (Kalex) et à l'Espagnol Izan Guevara (GASGAS).

Il y en aura vingt autres dans cette saison record de 21 courses jusqu'à Valence (Espagne) le 6 novembre.

A l'instar de nombreuses organisations sportives depuis le début de l'invasion russe en Ukraine le 24 février, le MotoGP affiche ce week-end les mots "United for peace" (Unis pour la paix) pendant ses retransmissions télévisées. Plusieurs pilotes arborent également sur leur casque un autocollant "Give peace a chance" (Donnez une chance à la paix).

En parallèle, samedi, la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) a confirmé l'annulation de tous les événements qu'elle supervise en Russie, en Biélorussie et en Ukraine et annoncé l'interdiction pour les coureurs, équipes et officiels russes et bélarusses de participer aux manifestations qu'elle encadre.


 

Vos commentaires