En ce moment
 

JO-2018: Pinturault "tout simplement heureux", jour "de folie" pour Muffat-Jeandet en combiné

JO-2018: Pinturault
(g à d) Alexis Pinturault, en argent, l'Autrichien Marcel Hirscher, en or, et Victor Muffat-Jeandet, en bronze, sur le podium du combiné, à Pyeongchang, le 13 février 2018Martin BERNETTI

Alexis Pinturault, médaillé d'argent mardi du combiné olympique remporté par l'Autrichien Marcel Hirscher, s'est dit "simplement heureux" tandis que Victor Muffat-Jeandet, médaillé de bronze, a vécu "une journée de folie".

"Je suis tout simplement heureux, fier aussi de ce qu'on a fait avec Victor et de m'être battu de belle manière pour aller chercher cette médaille d'argent", a commenté Pinturault.

"C'était serré avec Marcel (Hirscher) après la descente, je savais que cela allait se jouer à très peu. J'ai tenté, j'ai bien skié, je fais deux petites fautes. Mais c'est ce qui m'a rapporté cette médaille, d'avoir osé", a ajouté le skieur de Courchevel.

Pinturault qui avait échoué l'an passé dans le combiné des Mondiaux alors qu'il en était le favori estime que "toutes les désillusions, toutes les mauvaises passes nous font grandir si on les anlayse correctement".

"J'ai toujours eu une carrière en dents de scie, je suis un athlète comme ça, mais j'ai toujours utilisé ces moments pour rebondir", a-t-il ajouté.

Muffat-Jeandet, vainqueur en janvier du combiné de Wengen mais 29e mardi après la descente, "a vu" que sa manche de slalom "était bonne".

"Mais je savais que ce ne serait peut-être pas suffisant car il y avait Alexis (Pinturault) et Marcel (Hirscher), l'attente était très longue et ensuite cela a été le soulagement", a-t-il raconté.

"Je ne réalise pas. Même dans mes rêves les plus fous d'enfant, j'ai toujours voulu être un champion de ski. Mais c'est ma première participation aux Jeux, ma première course et je fais une médaille", a-t-il encore commenté.

Les deux Français entrent dans l'histoire car deux tricolores n'étaient plus montés sur un même podium du combiné olympique depuis 1948 à St-Moritz avec Henri Oreiller (or) et James Couttet (bronze).

"Nous ne courons pas pour l'histoire. C'est quelque chose de bien de se rapprocher de ce record olympique très ancien, mais ce n'était pas le but quand on a pris le départ", a encore commenté Pinturault.

Vos commentaires