Kim, championne d'équitation western: "Heureusement que l'équitation était permise durant le confinement"

Kim, championne d'équitation western:
(c) Facebook - Kim and Zippy
 
 

Du haut de ses 16 ans, Kim n’a pas froid aux yeux. Cette Sambrevilloise pratique un sport spectaculaire : l’équitation western.

Kim est une élève presque comme les autres. En cours le jour, sur son cheval le soir, elle dévore la vie à pleine dent. "Je suis déterminée. J’ai toujours un but et rien ne peut m’empêcher de l’atteindre."

Sa passion du cheval lui est venue très tôt, à 4 ans, lorsqu’elle voit à la télévision une publicité devenue culte « le cheval c’est génial » de la fédération française d’équitation.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'youtube' pour afficher ce contenu.

Presque 13 ans plus tard, la jeune cavalière est toujours en selle. Avec son cheval Zippy, elle pratique de l’équitation western. "Il y a plusieurs disciplines dans l’équitation western" explique-t-elle. "La principale c’est l’extrême cowboy race qui consiste en une course à épreuves où il faut ouvrir des barrières, passer sur des ponts, à travers de rideaux" et toutes sortes de choses qu’un cowboy peut rencontrer au cours de sa journée.

Kim excelle dans cette discipline. En 2019, dernière année où les compétitions ont pu avoir lieu, elle a été vice-championne de Belgique, a remporté le championnat de la saison d’été et de la saison hiver en plus d’avoir terminé à la 4e place du championnat d’Europe. Le tout dans sa catégorie "jeunesse".

Ces résultats, Kim ne les doit qu’à elle-même et son cheval, avec lequel elle noue un lien étroit "c’est lui qui me motive quand je n’ai pas envie d’aller m’entraîner" raconte la cavalière, "il a toujours besoin d’apprendre, de sortir donc on n’a pas le choix".

De la motivation, Kim n’en manque que rarement. Elle qui s’entraine trois fois par semaine après ses cours au manège "La petite écurie", situé à Wanfercée-Baulet. "En général les entrainements durent une heure et demie ou deux heures" explique-t-elle. "Mais parfois ça dure beaucoup plus longtemps. On a déjà fini à trois ou quatre heures du matin." Une motivation partagée par ses parents qui l’accompagnent systématiquement à tous les entrainements et la regardent tout du long pour l’encourager.

Avec la crise Covid, Kim a vu ses habitudes bouleversées. Comme tous les élèves, elle a dû apprendre à jongler entre enseignement en présentiel et à distance. Pour cette élève de 5e secondaire "ce n’est pas facile tous les jours mais j’essaie de m’en sortir". Comme bien souvent, c’est à travers sa passion et son cheval qu’elle a trouvé une échappatoire. "Heureusement que l’équitation était toujours permise pendant le confinement" confie-t-elle.

Également fan de voitures, "les voitures américaines", Kim s’adonne à une autre discipline de l’équitation western, le trick riding. "Je suis une des seules à en faire en Wallonie mais il n’y a pas de compétition."

Cette discipline impressionnante, qui a de quoi attirer les foules, consiste à faire des acrobaties sur son cheval, sans se faire mal évidemment. Tout un art.

Capture4
(c) Facebook - Kim and Zippy

Capture5
(c) Facebook - Kim and Zippy

Son rêve, sa passion, Kim entend bien le poursuivre le plus longtemps possible. "Bien sûr il y a les études mais le cheval est là, il fait partie de ma vie."

En Belgique on compte une centaine de pratiquants, toutes catégories et fédérations comprises.

Pour les curieux, des compétitions d’extrême cowboy race se tiennent, en période normale, toutes les deux semaines un peu partout en Belgique lors de la saison d’été. Une saison que Kim attend avec beaucoup d’impatience.  

Capture6
(c) Facebook - Kim and Zippy




 

Vos commentaires