Ski alpin Mondiaux 2023: Courchevel-Méribel, l'union face à Saalbach

Ski alpin Mondiaux 2023: Courchevel-Méribel, l'union face à Saalbach
Le skieur de Courchevel Alexis Pinturault lors du slalom d'Aare en Suède, le 17 mars 2018Jonathan NACKSTRAND

Face à l'autrichienne Saalbach, les stations françaises de Courchevel et Méribel ont joué la carte de l'union pour convaincre la Fédération internationale de ski (FIS) qui désignera jeudi la où les localités organisatrices des Mondiaux 2023 de ski alpin.

Si la candidature savoyarde l'emporte, Courchevel et Méribel accueilleront respectivement les compétitions masculines et féminines.

Méribel avait d'ailleurs hébergé les épreuves dames de ski alpin lors des Jeux d'hiver d'Albertville en 1992, sur la piste du Roc de Fer.

La répartition des compétitions, c'est l'originalité proposée par les deux stations huppées du domaine des Trois Vallées, ce qui implique la construction d'une piste de vitesse messieurs à Courchevel, la station d'Alexis Pinturault, le chef de file du ski alpin tricolore qui aura 32 ans en 2023.

Saalbach avance compacte. Une délégation de 30 personnes a ainsi rejoint la localité balnéaire de Costa Navarino, dans le Péloponnèse, où se tient le 51e congrès de la FIS, dont les 17 membres du conseil voteront jeudi.

Quatre chefs de cuisine ont été conviés au voyage, chargés de régaler les participants de spécialités régionales, ainsi qu'une ambassadrice de choc, Petra Kronberger, une des plus grandes skieuses de l'histoire, championne du monde de descente en 1991 à... Saalbach.

"Nous avons tout sur une seule montagne, un seul et unique stade d'arrivée et l'expérience acquise aussi bien lors des Mondiaux de 1991 que lors des étapes de Coupe du monde", rappelle Bartl Gensbichler, président de l'Association régionale de ski de Salzbourg.

Patron depuis des décennies de la puissante fédération autrichienne de ski (OeSV), Peter Schröcksnadel pointe pourtant le point faible de Saalbach. "La chronologie! La France attend depuis quatre ans de plus que nous de voir revenir les Mondiaux". Val d'Isère avait organisé ceux de 2009, quatre ans avant Schladming.

Au tour de la France

Michel Vion, le président de la Fédération française de ski (FFS), estime que le "moment est venu pour la France". Il rappelle que l'Autriche a déjà été bien servie, avec les Mondiaux de freestyle et de snowboard en 2015 à Kreichberg, ceux de biathlon en 2017 à Hochfilzen. Et Seefeld est la loalité hôte des championnats du monde de ski nordique en 2019.

Un moment évoquée, la double attribution (Courchevel-Méribel en 2023 et Saalbach en 2025), sur le modèle ds Jeux d'été 2024 (Paris) et 2028 (Los Angeles), n'est plus d'actualité.

En 2025, la concurrence risque d'ailleurs d'être autrement plus rude. Les Suisses de Crans Montana, qui ont déjà officialisé leur candidature, devraient être rejoints par certains des recalés dans la course aux Jeux d'hiver 2026.

Vos commentaires