En ce moment
 

Le Masters 1000 de Rome retrouve du public et Nadal sa "grinta"

 
 

Le Masters 1000 de Rome a retrouvé jeudi des spectateurs et Rafael Nadal, le recordman des victoires au Foro Italico (9), sa "grinta" pour arracher sa place en quarts, après un combat acharné face à Denis Shapovalov.

Après les plus de deux heures nécessaires mercredi pour écarter Jannik Sinner, l'Espagnol a eu besoin de 3h30 pour dompter le Canadien (3-6, 6-4, 7-6). Pendant que le N.1 mondial Novak Djokovic n'a pas eu à puiser dans ses réserves pour dominer l'Espagnol Alejandro Davidovich (48e mondial) en 1h10 (6-2, 6-1).

"Nole", tenant du titre, a ouvert cette journée particulière, égayée par le retour des spectateurs (en jauge limitée à 25%, soit quelques milliers) après le huis clos des premiers tours. Le Foro Italico était le premier stade à rouvrir ses portes en Italie depuis septembre.

"C'était génial de retrouver le public, super de les revoir et d'avoir un nouveau jour demain pour en profiter", s'est félicité le Serbe, cinq fois sacré à Rome, peu après avoir salué les tribunes une main sur le cœur.

Il rencontrera en quarts Stefanos Tsitsipas, tête de série N.5, vainqueur de Matteo Berrettini (N.9) 7-6 (7/3), 6-2.

Pour les rebondissements et les frissons, il a fallu attendre l'après-midi et le duel de cogneurs gauchers entre Nadal, en quête d'un dixième sacre dans la Ville éternelle, et Shapovalov, demi-finaliste l'an dernier.

- "Revenir physiquement" -

Le Canadien de 22 ans a fait la course en tête quasiment tout le match avant d'être rattrapé par l'enjeu dans un final haletant, où l'expérience de l'Espagnol de 34 ans a prévalu.

"Pouvoir gagner ce type de matches contre de jeunes joueurs, ça me donne confiance sur mon physique. C'est vrai que je devrai faire mieux demain, mais le principal pour moi est de revenir physiquement", a souligné Nadal.

Le Canadien a débuté en mode turbo (4-0) et a gardé la tête froide pour enlever la première manche. Il a récidivé dans le second set en menant rapidement 3-0 mais "Rafa" a cette fois sauvé une importante balle de break et entamé une remontée qui lui a permis d'égaliser à une manche partout.

Au terme d'un troisième set plus équilibré que jamais, "Shapo" a raté deux balles de match. Le bras de l'Espagnol, lui, n'a pas flanché dans le tie-break (7-3), preuve que, à moins de trois semaines de Roland-Garros (30 mai-13 juin), la "grinta" est là.

- Gauff, valeur montante -

"Rafa" retrouvera en quarts Alexander Zverev (6e mondial), qui l'a battu la semaine dernière au même stade à Madrid. L'Allemand, l'un des rares à avoir gagné à Rome ces quinze dernières années hors de Nadal et Djokovic, a également souffert pour dominer Kei Nishikori (45e) 4-6, 6-3, 6-4.

La journée s'est conclue par un autre match marathon (3h25), remporté par le dernier Italien en lice, Lorenzo Sonego (33e mondial), face à la tête de série N.4 Dominic Thiem. Les spectateurs, priés de quitter le stade peu avant l'heure du couvre-feu en Italie (22h locales), ont été privés du dernier set fou, où le Turinois a sauvé une balle de match avant de s'imposer (6-4, 6-7, 7-6).

Chez les dames, après l'hécatombe au deuxième tour (éliminations de Naomi Osaka, de la tenante du titre Simona Halep et de Serena Williams), la Bélarusse Aryna Sabalenka (4e mondiale), sacrée à Madrid la semaine dernière, est tombée à son tour, victime de la jeune Américaine Coco Gauff (35e mondiale) 7-5, 6-3.

"Je me sens clairement plus en confiance, dans mes coups et dans mes décisions", a expliqué l'Américaine de 17 ans, qui fréquente le circuit depuis deux ans.

Vendredi, en quarts, la marche sera encore plus haute avec la numéro 1 mondiale Ashleigh Barty, qui s'est facilement qualifiée contre la Russe Veronika Kudermetova (28e mondiale) 6-3, 6-3.

"Elle fait jusqu'ici un tournoi exceptionnel. Elle est agressive, elle court, cela va être important de maîtriser les termes du match aussi souvent que possible", a expliqué Barty, méfiante, au sujet de cette nouvelle venue qu'elle n'a encore jamais rencontrée.




 

Vos commentaires