En ce moment
 

Eddy Merckx vole au secours de Chris Froome: "Aujourd'hui, tout produit devient dopage"

Eddy Merckx vole au secours de Chris Froome:
 
 

Eddy Merckx était l'invité de Bel RTL ce vendredi matin. A deux jours du grand départ du Tour de France, la légende belge du cyclisme a pris al défense de Chris Froome, blanchi par l'UCI après son contrôle positif au Salbutamol à la Vuelta, en septembre 2017. "A une époque, il fallait des contrôles anti-dopage. Mais aujourd'hui, on va un peu trop loin. Quand on voit aussi ce qu'il s'est passé ces dernières années, tout produit devient dopage et ça c'est aller un peu trop loin je pense", a indiqué Eddy Merckx.


Y a-t-il donc trop de contrôles ?

"Non, il n'y a pas trop de contrôles. Mais peut-être qu'il y a beaucoup de produits qui sont sur la liste des produits dopants, alors que ce ne sont pas des dopants", clarifie-t-il.

Jeudi, Chris Froome a eu droit à un accueil glacial du public français lors de la présentation des équipes avant le Tour de France. Dans une tribune dans le journal "Le Monde", le quadruple vainqueur rappelle qu'il a été blanchi "après neuf mois d'analyses méticuleuses". Et répète qu'il ne déshononera jamais le maillot jaune du Tour de France.

Sur son cas, Froome réitère sa ligne de défense: "Je souffre d'asthme depuis l'enfance et, comme des millions d'asthmatiques, j'utilise un inhalateur de salbutamol afin d'en soulager les symptômes. Vers la fin du Tour d'Espagne, mon asthme s'est aggravé, ce qui m'a conduit à augmenter le nombre de bouffées conformément à l'avis médical dans le but de traiter le problème."

"Je connais parfaitement les règles et je sais exactement combien de bouffées j'ai le droit de prendre. Je sais aussi que je vais subir un test antidopage à la fin de chaque journée lorsque je porte le maillot de leader", poursuit le Britannique.


Risque de "faux positifs"

Le vainqueur sortant souligne que si la décision de son affaire "a pris plus de temps à venir que ce que le monde souhaitait, cela signifie que nos scientifiques et les experts de l'UCI (Union cycliste internationale) et de l'AMA ont tous eu l'opportunité de regarder dans les moindres détails tous les éléments du dossier".

"La principale information que l'on en retire est qu'il est possible de prendre la même dose de salbutamol tous les jours et d'avoir des résultats différents", ajoute-t-il. "On sait par ailleurs qu'un résultat peut être significativement affecté par la déshydratation. Je n'ai pas atteint le double de la limite autorisée comme cela a été reporté: j'étais en vérité moins de 20 % au-dessus de cette limite une fois mon résultat ajusté par rapport à la déshydratation qui me frappait à ce moment-là".

Le Britannique pointe "le risque de faux positifs pour tous les athlètes qui souffrent d'asthme et qui comptent sur le salbutamol pour soigner leurs symptômes". Il se dit "sûr que ces questions seront examinées d'urgence".


 




 

Vos commentaires