Accueil Actu Belgique Economie

Vous allez hériter sans savoir s'il y a des dettes: pouvez-vous refuser cette succession?

Ce vendredi matin, on va parler héritage avec la question de plusieurs auditeurs qui vont ou ont hérité d’un parent, grand-parent, oncle, tante, etc. Certains ne savent pas exactement ce que leur réserve cet héritage. Peuvent-ils refuser leur succession ? La réponse est "oui". En 2022, plus de 51.000 Belges ont renoncé à leur héritage devant le notaire. Ils sont de plus en plus nombreux, d’année en année.

Quand vous vous retrouvez dans cette situation, trois options s'offrent à vous: 

  • accepter la succession, tout simplement (vous devrez payer 195 euros pour la déclaration d'acceptation), dans ce cas, votre patrimoine et celui du défunt sont réunis
  • renoncer à votre héritage
  • accepter sous bénéfice d’inventaire, vos deux patrimoines restent, dans ce cas, séparés 

C’est l’option que vous choisissez si vous n’êtes pas sûr de ce dont vous allez hériter car hériter des biens, c’est aussi hériter des dettes. C’est bien pour ça que certains refusent. Avec cette dernière option, le bénéfice de l'inventaire, le notaire dresse donc un inventaire du patrimoine et des dettes éventuelles. Et comme vos patrimoines sont distincts,"s'il y a des dettes, elles ne peuvent pas être récupérées sur votre patrimoine personnel, mais uniquement sur la succession", nous dit le site notaire.be. Avec cette troisième option, les frais de succession restent à votre charge.

Combien ça coute de refuser ? Rien du tout, c’est gratuit, si l’actif de la succession n’excède pas 6.093,20 euros. Il faut faire une déclaration de renonciation chez un notaire.

Si je ne me manifeste pas, que se passe-t-il ? Attention, dans ce cas, l’Etat considère que vous acceptez la succession.

Quoi que vous choisissiez, votre choix est définitif. Plus question de revenir en arrière.

Petit conseil : faites vous aider d'un notaire. 

À la une

Sélectionné pour vous