Accueil Actu Belgique Justice

Procès des attentats de Bruxelles: "Vous étiez, vous êtes et vous serez un assassin!", lance le ténor du barreau, Me Mayence, à Salah Abdeslam

"Vous étiez un assassin, vous êtes un assassin et vous serez encore plus un assassin en sortant d'ici", a envoyé Me Jean-Philippe Mayence, conseil de la partie civile, en direction de Salah Abdeslam, jeudi matin devant la cour d'assises de Bruxelles, au procès des attentats du 22 mars 2016. Le ténor du barreau de Charleroi n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour qualifier les principaux accusés: des tueurs dont "la volonté de destruction dépasse l'intention de tuer et va jusqu'à punir le peuple belge, faire couler le plus de sang possible...".

L'avocat s'en est particulièrement pris à Salah Abdeslam, qu'il a traité d'assassin à plusieurs reprises, tentant de tourner en ridicule sa ligne de défense. "Vous n'êtes rien pour eux, vous ne représentez rien", a plaidé Me Mayence à l'attention des jurés. "Eux, ils se font des petits signes dans le box, ils rigolent... Mais, de temps en temps, ils s'insurgent", a-t-il dit, narquois, faisant allusion aux plaintes des accusés, au début du procès, au sujet de leurs conditions de transfert de la prison au Justitia. "Mais vous leur direz le prix à payer quand on a voué allégeance au terrorisme", a-t-il poursuivi.  

Appliquez les règles qu'eux ne respectent pas

"N'oubliez surtout pas le caractère exceptionnel de ce procès, n'oubliez pas que leur volonté de destruction dépasse l'intention de tuer et va jusqu'à punir le peuple belge, faire couler le plus de sang possible... Appliquez les règles qu'eux ne respectent pas", a-t-il avancé, affirmant que "tous ont participé aux attentats à Paris, et ça ne les a pas empêchés de remettre le couvert".  

Le pénaliste, en roue libre, s'est particulièrement emporté contre Salah Abdeslam, qu'il a qualifié de "leader médiatique des affaires de terrorisme". "Vous étiez un assassin, vous êtes un assassin et vous serez encore plus un assassin en sortant d'ici", lui a-t-il dit sans ménagement.

"Quelle attitude déplaisante! Il est ici comme s'il était sur sa terrasse. Il rentre et sort du box, il rit, il discute...", a-t-il décrit pour mettre à mal l'image d'individu responsable que cet accusé tente de donner. 

Pour Me Mayence, Salah Abdeslam savait qu'il participait à un nouvel acte terroriste lorsqu'il est revenu à Bruxelles, après avoir fait partie des commandos armés des attentats à Paris. Il est allé de planque en planque, ce qui prouve qu'il avait la volonté de réintégrer une "cellule opérationnelle".

À la une

Sélectionné pour vous