Accueil Actu Belgique Politique

Grand Baromètre: voici les partis qui plongent dans les derniers sondages, et ceux qui performent

Régulièrement, un sondage IPSOS RTL INFO prend le pouls de la population belge. Le Grand Baromètre lui demande notamment quelles sont ses intentions de vote. Vu la conjoncture depuis quelques années, à savoir des crises qui se succèdent (covid, climat, énergie…), beaucoup de partis voient leur popularité varier.

Wallonie: Ecolo se tasse, mais les rapports de force sont préservés

A la question "Si de nouvelles élections fédérales avaient lieu dimanche prochain, pour quel parti voteriez-vous?", les Wallons ont répondu:

  1. PS: 23,7%
  2. MR: 20,4%
  3. PTB: 17,9%
  4. Ecolo: 13,1%
  5. Les Engagés: 9,1%
  6. DéFI: 5,3%

Si on remonte le temps sur nos sondages, vous comprendrez ce que signifie "varier": on constate effectivement que les PS et le MR jouent au chat et à la souris. Mais on constate aussi que les grandes tendances sont stables malgré deux ans de crise: PS en tête, devant le MR. Et à la troisième place du podium, une alternance entre Ecolo et PTB. À l'heure actuelle, le parti d'extrême gauche devance le parti égologiste.

Bruxelles: le score d'Ecolo fond comme neige au soleil

A Bruxelles, les grandes tendances sont moins lisibles. Une évolution semble se vérifier: Ecolo à Bruxelles continue sa descente aux enfers. C'est la troisième vague de baisse consécutive pour les Verts. Ils sont désormais 4ème parti de la capitale avec 13%, contre 21,6% au soir des élections fédérales.

  

  1. PS: 21,6%
  2. MR: 20,3%
  3. PTB: 16,1%
  4. Ecolo: 13%
  5. DéFI: 10,4%
  6. Les Engagés: 6,1%

Flandre: les casseurs "dopent" le score du Vlaams Belang

Enfin, en Flandre, le parti d'extrême droite du Vlaams Belang et le parti nationaliste flamand N-VA continuent de se disputer la tête du classement des intentions de vote, tandis que derrière, seul le Vooruit (socialistes flamands) s'en sort bien.

C’est l’enseignement principal du Grand Baromètre. Au beau milieu de cette période de sondage, il y a eu les heurts dans plusieurs villes du pays (Bruxelles, Liège et Anvers essentiellement) suite à la victoire du Maroc en Coupe du Monde de football contre la Belgique. Bilan: des dégâts matériels, des agressions contre des policiers et des journalistes, notamment. Tout cela dans un contexte de succession d’agressions au couteau dans la capitale ces dernières semaines. Bref, tous ces éléments sont en fait les sujets de prédilection de l’extrême droite: sécurité, terrorisme et intégration. Tous ces ingrédients étaient sur le devant de la scène et dans tous les esprits.

Le Vlaams Belang semble en profiter, en grimpant dans notre sondage et en se détachant de la N-VA (22% des intentions de voix), comme premier parti de Flandre.

Derrière ces deux partis, Vooruit est en léger tassement, avec à un niveau largement au-dessus de son score électoral (16,1% au lieu de 10,8 en 2019). Les autres partis flamands de la Vivaldi souffrent, particulièrement le CD&V (9,6% d’intentions) et l’Open VLD (9,3%). Jamais ces deux partis traditionnels ne s’étaient retrouvés tous les deux en même temps sous la barre des 10%.

 

  1. Vlaams Belang: 25,5%
  2. N-VA: 22%
  3. Vooruit (socialistes): 16,1%
  4. CD&V: 9,6%
  5. Open-VLD: 9,3%
  6. Groen (écologistes): 8,7%
  7. PVDA (PTB): 7,4%

Popularité: le Premier ministre déçoit les Flamands mais plaît toujours aux Francophones

Pour la première fois depuis son accession au 16, Rue de la Loi, il y a deux ans et trois mois, Alexander de Croo ne figure plus sur le podium de popularité en Flandre: les trois "personnalités que vous voulez voir jouer un rôle majeur" sont Conner Rousseau, président de Vooruit (les socialistes flamands), Bart de Wever, président de la N-VA et la cheffe de file du CD&V au gouvernement régional flamand, Hilde Crevits.

Si Alexander de Croo recule dans le cœur des électeurs du Nord, il repasse "personnalité préférée des Bruxellois" devant Sophie Wilmès. En Wallonie, il reste 2ème personnalité favorite, derrière l’ancienne première ministre libérale francophone. Paul Magnette complète le podium à Bruxelles comme en Wallonie.

 
 

À la une

Sélectionné pour vous