Accueil Actu Belgique Société

Début du procès des attentats de Bruxelles: voici toutes ses étapes

Un procès est toujours constitué de procédures précises, dans un ordre spécifique. Le procès des attentats de Bruxelles, qui concerne de nombreuses parties civiles et accusés, s'annonce bien plus complexe que d'ordinaire.

Le président préside, par définition. Autrement dit, c'est celui qui mène les débats. C'est aussi celui qui assure le maintien de l’ordre dans la salle d’audience et qui guide les jurés

De part et d’autre du président vêtu de rouge, il y a deux assesseurs, en noir. Ce sont deux juges qui ont été désignés pour l’occasion. Ensemble, ils forment la Cour. Quand cette Cour rentre, on se lève.

La Cour est assistée par un jury de 36 personnes. Il est composé de 12 jurés effectifs, et 24 remplaçants éventuels.

Comment va se dérouler le procès ?

Une fois que tout le monde est installé, le président fait entrer les accusés et leur demande de décliner leur identité.

Ensuite la parole est donnée au ministère public. On l’appelle aussi l'avocat général ou procureur général, il porte une toge rouge. Il représente les intérêts de la société, nos intérêts à tous. Il doit apporter la preuve de la culpabilité. L’avocat général a rédigé un acte d’accusation, une sorte de résumé de l’affaire, en principe impartial. Il le lit au début du procès. Ici, l’acte d’accusation compte près de 500 pages.

Parfois la défense y répond immédiatement, après la lecture, par un acte de défense. Ce n'est pas toujours le cas, mais ça devrait l'être ici.

Ensuite, le président interroge le ou les accusés, et puis c’est le tour des témoins. Cette phase est appelée l’instruction d’audience

L’étape suivante est celle des réquisitoires et plaidoiries. La parole est donnée, tout d'abord, aux parties civiles c'est-à-dire les victimes directes ou indirectes, et leurs avocats. Intervient ensuite l’avocat général, suivi enfin et en dernier lieu à la défense, aux avocats et aux accusés.

On approche de la fin. Reste au jury à délibérer d’abord sur la culpabilité, à voter à bulletins secrets et à prononcer un verdict. Si l’accusé est reconnu coupable, le jury se retire à nouveau avec la Cour, cette fois pour décider de la peine.

À la une

Sélectionné pour vous