Accueil Actu Belgique Société

Distraction ou outil pédagogique: le smartphone en classe est interdit... ou recommandé

Faut-il ou non interdire le GSM en classe, dans le secondaire? Vaste débat, sur lequel toutes les écoles ne sont pas d'accord. Certaines l'ont interdit, car elles estiment que cela distrait les élèves. D'autres au contraire, y voient un outil pédagogique. 

 

Deux établissements scolaires : deux positions différentes par rapport à l’usage du smartphone. Dans une école, il est interdit en classe. Dans l’autre, c’est outil pédagogique. 

Smartphones interdits

Dans cette école d'Ixelles, pas question d’être distrait par un message ou une notification. L’enseignant a toute l’attention des élèves. Ils ont leur téléphone sur eux mais pas question d’y toucher. Les smartphones sont dans des pochettes scellées pour les déverrouiller, il faut passer devant cet aimant dans le hall d’entrée. "Ça nous aide à mieux nous concentrer", remarque une élève. "On est totalement coupé du monde. C'est hyper pratique."

Un dispositif qui a un coût : 30 euros la pochette aimantée. Mais pour le co-directeur, c’est la bonne solution. En classe, l’enseignant est là pour transmettre des connaissances pas pour contrôler les élèves. "A l'école, ils ne font que des idioties", indique Bruno Terlinden, codirecteur de l’école du Bois Sauvage à Ixelles. "Ils regardent des films, ils vont sur TikTok,... C'est ça qu'ils font à l'école. Ils commandent même des pizzas."

Smartphones autorisés

Cette école de Beaumont a fait un autre choix, le smartphone est bienvenu en classe. Il est même utilisé à la demande des enseignants. Faire des expériences, prendre des mesures, rechercher, vérifier des informations,... apprendre devient presqu’un jeu. "Ça ajoute une partie ludique et ça fait passer beaucoup plus vite le temps en classe", explique un élève. "On apprend sans s'en rendre compte."

Mais les élèves le reconnaissent, c’est parfois compliqué de résister. "On est vachement tenté", sourit un élève. "Mais on fait en sorte de ne pas être vu."

S'il y a quelques inconvénients, cette enseignante voit surtout une opportunité d’aider les jeunes à développer leur esprit critique. "On aide les élèves à s'y retrouver dans le flux de l'information", explique Stéphanie Dujeu, professeur d’histoire à l'Athénée Royal Simone Veil à Beaumont.

L'avis d'un psychologue

Nous avons demandé son avis à un psychologue, spécialiste de l’enfant et de l’adolescent. "Je pense que ce qui est nécessaire, c’est le cadre", dit Maurice Johnson Kanyonga. "Chaque professeur reste maître dans sa classe."

Chaque établissement scolaire peut autoriser ou interdire, partiellement ou totalement, l’usage des smartphones… et fixer les sanctions lorsque les règles ne sont pas respectées

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

2 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Suivez l’exemple canadien: les élèves placent leur téléphone dans une corbeille à l’entrée du cours et le récupèrent à la fin. Le smartphone ne peut que perturber l’attention des élèves. Quant aux professeurs, ils devraient se concentrer sur leur mission première : enseigner.

    Jean-Luc Rolland
     Répondre
  • C'est toujours blanc ou noir dans ces débats... Le smartphone n'est qu'un outil, aux possibilités énormes. Ce qui en est fait, comment, quand et avec qui, c'est là que se joue le vrai débat. L'important c'est le résultat, est-ce qu'interdire le smartphone améliore l'apprentissage ou pas. Et pour ça, ce ne sont pas des opinions ou des idées reçues qu'il faut, mais des études scientifiques!

    Thierry Frayer
     Répondre