Accueil Actu

La Croix-Rouge distribue des kits de protection covid aux soignants indépendants: "Beaucoup de monde vient, la situation est encore critique"

Les professions médicales, médecins, infirmiers, dentistes, doivent tous se procurer la panoplie complète de protection covid. La Croix-Rouge a décidé de mettre à leurs dispositions des millions de masques, gants et blouses, via des centres de secours.

La distribution est réservée aux indépendants du personnel de santé. Et pour cette deuxième vague, les besoins sont encore bien présents, surtout quand 4 masques sont utilisés chaque jour.

Clément Urbain, kinésithérapeute dans la région de Mons, prend soin de 12 patients par jour en maison de repos. Ces kits sont essentiels: "On reçoit 10 packs de 50 masques, des lunettes pour tout ce qui est kiné respiratoire et des surblouses. C’est très important."

Jean-Marc Doyen, kinésithérapeute, le rejoint sur ce point: "Je pense que ce sont les besoins de tout le monde. Le vaccin, il est là, dans la tête! On se tient les coudes, on garde la distance et on prend ses précautions."

Les professionnels travaillant en officine peuvent aussi se présenter aux points de collecte. En tout, il y en a 16, tous gérés par la Croix Rouge. Dans la réserve stratégique fédérale, en tout: 9 millions de masques, ½  million de blouses et 4 millions de paires de gants. Les kits sont distribués en fonction du contact avec les patients. 

"Tout dépend du métier : si vous avez un dentiste, il aura droit à un kit complet vu qu’il est à proximité de son patient. Par contre, une logopède aura droit uniquement au masque vu qu’elle est à 1,5 m de son patient", précise Fabrice François, manager interventions pour la Wallonie (Croix rouge, service de secours). 

Pour la deuxième vague, 7.285 membres du personnel de santé sont déjà inscrits sur les listes. 3.000 ont déjà reçu les kits.

"Je ne savais pas vraiment que ça allait prendre autant d’ampleur, on a quand même pas mal de monde qui vient, beaucoup de personnes déjà inscrites en ligne aussi. Et donc, on voit quand même que la situation est encore un peu critique", explique Joséphine Cino, cheffe du centre de secours de la Croix Rouge de Mons. 

Les permanences restent ouvertes jusqu'au mois de janvier afin de toucher tous les professionnels de santé.

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce samedi 12 décembre ?

À la une

Sélectionné pour vous