Accueil Actu

Le comité de concertation va-t-il suivre les recommandations des experts? Ce n'est pas toujours le cas

Les différents gouvernements du pays se retrouveront mercredi à 14h autour du Premier ministre Alexander De Croo pour un nouveau comité de concertation consacré à la situation sanitaire. Faut-il prévoir des mesures supplémentaires ? Selon certains experts, oui. Pourtant, il s'agit uniquement de recommandations. Cela ne signifie pas que les autorités opteront pour celles-ci. Le passé nous a montré qu'il y a toujours une différence entre les mesures préconisées par les experts et les décisions prises par le Comité de concertation, comme nous l'explique notre journaliste Dominique Demoulin. 

COMITÉ DE CONCERTATION AUJOURD'HUI: VOICI LES 5 POINTS QUI SERONT DISCUTÉS

À l'issue du dernier comité de concertation, le 3 décembre dernier, le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke s'était montré déçu et amère. Ce comité de concertation avait notamment décidé de la fermeture prématurée des écoles de primaire et maternelle à la date du 20 décembre. La veille, les experts jugeaient absolument "nécessaire" la fermeture immédiate des écoles durant 10 jours. Ils recommandaient aussi la fermeture de l'Horeca à 20h, la suspension des marchés de Noël mais rien de tout cela n'est passé.

C'est très souvent le cas, les politiques discutent, sous-pèsent, marchandent. Ils édulcorent très souvent les mesures préconisées par les experts mais lorsque l'on y regarde de plus près, on s'aperçoit que souvent ces mesures plus restrictives sont surtout différées.

Par exemple, à la veille du comité de concertation du 17 novembre, les experts recommandaient la fermeture du monde de la nuit. Il a fallu attendre le comité de concertation suivant, le 26, pour que ce soit mis en œuvre.

Même chose pour le télétravail par exemple. Il a fallu attendre le dernier comité pour que l'on opte pour un unique jour de présence au bureau par semaine.

Dernier exemple, dès la mi-novembre, les experts recommandaient le retour de la bulle pendant les fêtes. Ce 22 décembre, la mesure est à nouveau sur la table. Il y peu de chances qu'elle passe. Entre les deux, on tergiverse, on temporise, on essaye de ne fâcher personne.

Le risque c'est qu'en route, on perd parfois l'adhésion de la population. 

À la une

Sélectionné pour vous