Accueil Actu Magazine CPTLJD

Grève chez Delhaize: "Qu'ils se mettent autour de la table comme des patrons, et pas des guignols"

Annonce inattendue, grèves, blocages et bataille de point de vue : l'enseigne Delhaize a beaucoup fait parler d'elle ces derniers jours. La marque a en effet annoncé le 7 mars qu'elle souhaitait franchiser les 128 magasins qui ne le sont pas encore. Les syndicats ont immédiatement pris les choses en main, et les magasins sont en grève depuis lors, avec une participation variable entre les magasins du nord du pays, et ceux du sud. 

Ce samedi, 103 magasins intégrés sur 128 étaient restés portes closes, ce dont les syndicats se réjouissent sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" sur RTL TVI. Cependant, durant ces jours de grève, certains travailleurs perdent au moins la moitié de leur salaire. "On tiendra le temps qu'il faudra", affirme Agnieszka, déléguée CNE au Delhaize Mozart. "On ne va pas se laisser faire. Delhaize, c'est la pointe de l'iceberg, demain c'est tout le commerce."

« J'utilise des mots crus, mais c'est la réalité. »

Déléguée syndicale

Les travailleurs réclament une vraie discussion, avec le patronat. "Qu'ils se mettent enfin autour de la table, comme des vrais patrons, et pas des guignols qui ne savent pas gérer leur entreprise", poursuit la déléguée syndicale. "J'utilise des mots crus, mais c'est la réalité. Ce sont des gestionnaires financiers qui regardent des tableaux, pour dire 'Aujourd'hui, c'est positif, aujourd'hui c'est négatif, attention à la bourse', mais qui n'ont aucune connaissance du terrain."

Pour l'instant, une vingtaine de magasins sont ouverts, en fonction des jours de grève, sur les 128 magasins propres de Delhaize. Cependant, selon Pierre-Alexandre Billiet, économiste, Delhaize Belgique est dans une situation compliquée depuis plusieurs années. "On voit que la totalité du secteur est en difficulté", précise l'expert. Notamment parce qu'il y a trop de magasins en Belgique, quand on observe les chiffres par habitant. "Il y a un changement de paradigme difficile à supporter humainement, mais on a déjà connu ce changement avec l'avènement de l'e-commerce, qui s'est placé partout dans les pays limitrophes. Aujourd'hui, il y a une vraie question sur le modèle d'avenir."

 

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Les guignols, ce sont les syndicats. Et les salariés qui ne se sont pas rendu compte que le commerce n'est pas un secteur d'avenir. Ce n'est pas un problème récent ou une surprise, ça fait plus de 20 ans qu'on le sait...

    Thierry Frayer
     Répondre