Accueil Actu Monde France

Santé: Macron salue un investissement "inédit" de plus de deux milliards d'euros à Chartres

Plus de deux milliards d'euros pour la production de traitements contre le diabète et l'obésité: Emmanuel Macron a salué jeudi un investissement "inédit" du danois Novo Nordisk à Chartres (Eure-et-Loir), qui va contribuer à faire gagner à la France la "bataille" de la "réindustrialisation" et de "l'export".

"C’est un montant inédit pour votre entreprise, pour l’industrie pharmaceutique en France et c'est l'un des plus gros montants d'investissements industriels dans notre pays cette année", s'est-t-il félicité au côté du PDG de Novo Nordisk, Lars Fruergaard Jorgensen, sur le site de l'usine à 100 kilomètres au sud-ouest de Paris.

Le chef de l'Etat, déterminé à se poser en réformateur et à peaufiner son bilan d'ici à la fin du quinquennat, a franchi une nouvelle étape dans sa politique de réindustrialisation.

Après le lancement d'un plan ambitieux autour des batteries électriques en mai à Dunkerque - 6,7 milliards d'euros d'investissements étrangers - place à la santé, avec un investissement de 2,1 milliards d'euros, supérieur à celui annoncé par Pfizer (1,5 milliard) en mai.

"On est en train de mener la bataille essentielle du plein emploi et de la réindustrialisaiton", a-t-il dit, assurant que "plusieurs centaines de milliers d'emplois" et 300 usines avaient été recréés ces dernières années en France.

Dans l'industrie pharmaceutique, "on a tout pour réussir, des grands champions étrangers qui ont fait le choix de la France comme Novo, des grands champions français historiques, une très bonne recherche (...) un bon système de formation", a-t-il estimé.

En juin, Emmanuel Macron a aussi présenté un plan de relocalisation de la production de médicaments afin de faire face à des pénuries structurelles - précipitées par la crise du Covid - des antibiotiques au paracétamol.

- "Crise sanitaire mondiale"-

Le PDG de Novo Nordisk a remercié le président et le gouvernement français pour leur "engagement" en faveur du projet. "Si l'Europe veut réaliser son ambition d'autonomie stratégique, elle doit générer des activités comme celle-ci", a-t-il pointé.

Le groupe va doubler la superficie de son site français à 230.000 m2 et créer "plus de 500 nouveaux emplois", qui s'ajouteront aux 1.600 déjà existants, a précisé la compagnie. Le projet devrait être finalisé en 2028.

L'usine, spécialisée dans les cartouches et flacons d'insuline, va étendre sa production à des traitements agissant sur l'obésité, en forte demande mondiale.

Ces médicaments imitent une hormone secrétée par les intestins, la GLP-1, qui stimule la sécrétion d'insuline et qui réfrène l'appétit en procurant une sensation de satiété.

L'obésité représente un enjeu sociétal et une opportunité de taille pour les acteurs pharmaceutiques les plus avancés dans ce domaine. "C'est une crise sanitaire mondiale qui met les systèmes de santé sous pression", a souligné Lars Fruergaard Jorgensen.

"Elle ne se résume pas à manger trop et ne pas bouger assez. Cela devient au cours du temps une vraie maladie chronique avec des résistances à la perte de poids", explique Karine Clément, professeure en nutrition à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière à l'AFP.

Novo Nordisk est devenue première capitalisation boursière européenne devant le géant du luxe LVMH depuis septembre, grâce au succès de ses produits dérivés utilisés contre cette maladie difficile à soigner.

- Attractivité -

Rien que sur 2023, le groupe dit avoir investi dix milliards d'euros sur l'ensemble de son outil de production, en incluant l'usine "stratégique" de Chartres dont les traitements sont pris par plus de dix millions de diabétiques dans le monde chaque jour.

Ce faisant, il va aussi contribuer à "nous faire gagner la bataille de l'export" car 90 à 95% de sa production du site est exportée, a insisté le chef de l'Etat.

La France n'a plus connu d'excédent commercial pour les échanges de biens depuis 2002 et le déficit s'établissait à 54 milliards d'euros sur le premier semestre 2023.

Le médicament précurseur de Novo Nordisk dans l'obésité ("Wegovy") est commercialisé aux Etats-Unis, au Danemark, en Norvège, au Royaume-Uni et depuis peu en Suisse. Le laboratoire compte demander sa certification en France en 2024.

Emmanuel Macron, qui soigne ses contacts avec les PDG des grandes compagnies internationales, engrange ainsi une nouvelle victoire sur l'échiquier européen. "Ces quatre dernières années, nous avons été le pays le plus attractif d’Europe", a-t-il insisté.

Le groupe pharmaceutique américain Eli Lilly vient de son côté d'annoncer un investissement de 2,3 milliards d'euros en Allemagne pour élargir sa production de médicaments contre le diabète.

À la une

Sélectionné pour vous