Accueil Actu Régions Namur

Après une gigantesque fête clandestine organisée à Sombreffe, les organisateurs sont venus nettoyer: "Je suis étonné"

Les services de sécurité et les autorités communales sont bien démunis face à l'organisation de rave parties. Comme nous vous en parlions, à Sombreffe, la nuit du Nouvel An, en quelques heures, 4000 personnes ont mis sur pied une gigantesque fête clandestine dans plusieurs hangars. Aucune norme de sécurité n'étaient respectées et l'événement aurait pu rapidement tourner au drame. Le propriétaire des lieux envisage de poursuivre la ville.

A 10h30, ce lundi, Maxime venait de se lever. Après plus de 20h de fête et beaucoup d'alcool consommé, il avait besoin de sommeil. Il est venu spécialement de Normandie pour assister à la fête clandestine. "On a reçu l'info à la dernière minute. Il y a 2-3 semaines, ils ont sorti un flyer sur les réseaux annonçant une grosse coalition de son système pour le Nouvel An et tout s'est fait à la dernière minute, le samedi soir avec des messages entre nous. Ils ont envoyé les points de rassemblement", indique-t-il.

>A LIRE AUSSI: La rave party à Sombreffe est terminée: des milliers de personnes ont participé à la fête clandestine

L'événement était organisé par un collectif appelé Sound System. Le Français les suit régulièrement. "C'est plusieurs mois de préparation pour une soirée."

Entre 4.000 et 5.000 personnes étaient venues de Belgique, mais aussi de France, des Pays-Bas, d'Angleterre et même de Lituanie. Sur le site, les déchets sont nombreux, sans parler des abords. Les ouvriers communaux sont venus tôt ce matin pour constater les dégâts et nettoyer.

La commune de Sombreffe va déposer une plainte avec constitution de parties civiles. "Ce n'est pas normal de pouvoir organiser en toute illégalité cette situation qu'on a connue. Ce sont des risques très conséquents. Vous devez vous rendre compte que ça s'est passé dans un zoning industriel avec des entreprises mini seveso. On aurait pu avoir des difficultés bien plus grandes que ce qu'on a connu", insiste Etienne Bertrand, le bourgmestre de Sombreffe.

Le site avait déjà été visité deux fois par les gens du voyage et les blocs de béton placés aux entrées n'ont pas freiné les fêtards ce week-end. Furieux face à l'inaction de la commune, le nouveau propriétaire compte se retourner contre elle. "Nous allons nous concerter pour envisager une procédure contre les autorités publiques car il y a un certain déni de justice. Finalement la propriété privée n'est pas respectée. Lorsque le bourgmestre déclare qu'il n'y a pas la possibilité d'intervenir car c'est une propriété privée, je pense que c'est un peu court", explique l'avocat Philippe Koutny.

Une enquête est en cours. Plusieurs indices devraient peut-être permettre d'identifier les auteurs de la soirée.

Le collectif est venu nettoyer

Le bourgmestre réagit et dit comprendre la déception du nouveau propriétaire des lieux. "Il faut rappeler que la commune et la police sont responsables de la bonne police dans les lieux et édifices publics. C'est la loi. La jurisprudence du Conseil d'Etat est claire en la matière : dès le moment où ça se passe dans un espace privé, la police et l'autorité communale ne peuvent pas intervenir, à une exception : si les troubles ou activités qui se trouvent dans le lieu public rejaillissant sur l'espace public. Dans ce cas-ci, d'heure en heure, nous avons évalué, et toute l'activité a été maintenue dans l'entreprise et n'a jamais débordé à l'extérieur", rappelle le bourgmestre de Sombreffe. Etienne Bertrand explique donc qu'ils ont préféré "calmer le jeu" contenir les choses à cet endroit plutôt que de sanctionner dans l'immédiat. 

Ce lundi soir, des membres du collectif organisateur étaient en train de nettoyer le site. "Je suis étonné, on constate que ce collectif que nous ne connaissons pas prend conscience des conséquences de l'occupation qui a été faite et essaye de réparer du mieux qu'il peut les dégâts ou déchets qu'ils ont laissés. La commune a nettoyé tout l'espace public ce matin et ce soir, le collectif fait le geste de nettoyer l'entreprise."

À la une

Sélectionné pour vous