Accueil Actu

Vont-ils survivre? La vidange du lac de Warfaaz menace de tuer tous les poissons: "Si ça échoue, ils seront condamnés"

La vidange du lac de Warfaaz, à Spa, a démarré en mars dernier. Elle s'avère nécessaire suite aux inondations de juillet durant lesquelles le lac a été fort endommagé. Il doit être entièrement vidé et rénové en profondeur. Les travaux dureront deux ans.

Mais avant que le lac ne perde toute son eau, il faut sauver les poissons qui y vivent. Après plusieurs opérations envisagées puis annulées, il y a urgence. L'opération de la dernière chance est prévue le 25 juin. Et il n'y aura plus de droit à l'erreur.

Le plan est relativement simple : pêcher les poissons au filet quand il ne reste presque plus d'eau dans le lac. Initialement prévu ces 04 et 05 mai, ce plan a été annulé. Pour cause, les pompes de vidange, piégées dans la vase, se sont mises en sécurité le 03 mai. Il restait donc trop d'eau dans le lac. L'opération de sauvetage a alors été reportée au 25 juin. 

Un report qui "risque d'être un sacré défi pour les poissons parce que l'eau va se réchauffer", détaille Serge Vanpevenage, garde champêtre à "la Warfaazienne". "Les périodes orageuses ne sont pas les meilleures non plus pour la survie des poissons et j'émets de gros doutes pour les carpes et des sandres", ajoute-t-il.

Mais ce plan n'est pas infaillible. Pêcher les poissons au filet n'est pas sans risques. Il peut y avoir des détritus au fond de l'eau : vélos, caddies, mobylettes et autres. Les filets peuvent s'y accrocher et rester coincer. Et cela provoquerait l'annulation de l'opération de sauvetage. "À quelques jours de la vidange complète du lac, les poissons seraient donc condamnés", explique notre journaliste.

Les poissons du lac de Warfaaz sont de beaux spécimens. Notamment des carpes, de 15 à 20 kilos. Des poissons qui mettent des années à atteindre cette taille. Impossible donc de "remplacer" rapidement le cheptel si les poissons venaient à mourir. Une carpe de 15 à 20 kilos s'achète sur le marché pour 500 euros ou plus. Impossible donc de financer le repeuplement du lac.

À la une

Sélectionné pour vous