Accueil Actu

Policier abattu à Spa: l’accusé reconnaît les faits mais ne se souvient pas d’avoir tiré

Au premier jour du procès d'assises relatif au meurtre du policier Amaury Delrez à Spa (Liège), l'accusé a fait savoir par l'intermédiaire de son avocat, Me Sven Mary, qu'il ne contestait plus le meurtre. Plus tôt dans la journée, lors de son interrogatoire par le président de la cour Dirk Thys, il avait pourtant déclaré qu'il ne souvenait pas d'avoir tiré et ne se rappelait pas non plus de ce qu'il avait fait de l'arme. Celle-ci n'a jamais été retrouvée.

Le meurtrier présumé, Yvo T., un Néerlandais âgé de 40 ans, s'est décrit comme quelqu'un de serviable, attentionné, fiable, respectueux et parfois un peu impatient. Il a cité comme points faibles sa nervosité et une tendance à l'addiction. Le quadragénaire a d'ailleurs confié être un consommateur quotidien d'amphétamines. Il a par ailleurs indiqué souffrir d'une dépression depuis 2015.  L'accusé, qui a des pensées suicidaires, a expliqué qu'il se promenait toujours avec son arme dans le cas où il voudrait l'utiliser contre lui. Il l'avait déjà essayée à deux reprises contre un panneau routier.

Le jour des faits, l'accusé avait consommé du speed et avait commencé à boire dès la matinée.  Après être allés voir le Grand Prix de F1 à Francorchamps, Yvo T., son frère et un ami se sont rendus à Spa. "On est d'abord allé dans un casino, puis dans un café en face où l'on a bu du pastis. Après une demi-heure, on s'est rendu au bar dansant Havana. C'était bondé là-bas. Mon petit frère a tiré les cheveux d'un homme avec des dreadlocks, ce qui a créé des tensions. J'ai attrapé mon petit frère et nous sommes sortis", a-t-il raconté. "A l'extérieur, un petit homme chauve était en train de crier. Je pense que c'était le portier", a poursuivi le quadragénaire qui a, semble-t-il, exhibé son arme pour la première fois là-bas. 

Le tireur a eu l'occasion de réfléchir après ce premier tir, mais il a aussi tiré sur moi

La situation a ensuite dégénéré lorsque la police a contrôlé un taxi à bord duquel était monté Yvo T. Alors qu'il immobilisait le frère de l'accusé, Amaury Delrez a été mortellement touché par un tir vers 02h00 du matin le dimanche. Son co-équipier, Ghislain Schils, a aussi été visé par deux tirs mais il a riposté. "Le tireur a eu l'occasion de réfléchir après ce premier tir, mais il a aussi tiré sur moi. Yvo T. ne voulait laisser aucun témoin derrière lui. Il aurait également pu agir différemment envers Amaury, en le repoussant ou le frappant par exemple. Mais il a tiré dessus sans qu'il puisse se défendre", a déclaré plus tôt dans la journée l'inspecteur Ghislain Schils.  Lors de la riposte, le Néerlandais a été blessé à l'abdomen et a fui les lieux.

Après une chasse à l'homme de plus de sept heures, Yvo T. a finalement été retrouvé dans une maison de vacances des environs, où il a jeté dans le feu son téléphone portable et sa veste. "Je savais que c'en était fini pour moi de toute façon", a-t-il déclaré.