En ce moment
 

Bonne nouvelle, les prix de l'essence, du diesel et du mazout de chauffage baissent encore: mais pourquoi?

Bonne nouvelle pour les consommateurs, les prix maximums à la pompe ont baissé mardi pour le diesel (-1,8 centime) et le LPG (-2,4 centimes). L’essence devrait baisser elle aussi à partir de ce samedi, d’après les prévisions de "carbu.com", un comparateur de prix qui suit de près les cours du pétrole brut.


Pourquoi cette baisse des prix?

Les prix des produits pétroliers continuent à descendre en raison de la dégringolade actuelle des cours du pétrole brut. En fin de semaine dernière, le cours du Brent continuait sa chute pour se retrouver à son niveau de la mi-décembre. "Depuis le début de l’année, on se rend compte que la production de brut américaine augmente et ne cesse d’augmenter, donc on se retrouve quand même avec des stocks importants et donc forcément le cours du brut en pâtit. Ce brut descend depuis maintenant trois semaines environ et forcément, nous, consommateur, on en bénéficie à la pompe puisque notre carburant est moins cher", a expliqué Aude Fisher, porte-parole de carbu.com, au micro de Bernard Lobet pour Bel RTL.


Baisse moins importante pour le diesel

Si la baisse de prix est appréciable, elle reste limitée pour le diesel qui est soumis à un cliquet activé par le gouvernement fédéral. Ce cliquet consiste à augmenter les accises lors d’une baisse des prix. Ce système est activé par le gouvernement actuel depuis novembre 2015. Actuellement, le niveau des accises est de 56 cents par litre de diesel. A cause de ce cliquet, en un an, le prix du diesel a augmenté dans la même proportion que celui de l’essence a baissé (4 centimes). L’objectif de faire se rapprocher les prix de l’essence et du diesel sera donc probablement atteint cette année.

Le prix du mazout de chauffage a, lui, diminué cette semaine de 3,8 centimes au litre. C'est le moment opportun pour remplir sa cuve.

Au final, les prix des carburants varient en fonction de plusieurs facteurs dont les cours du pétrole, le taux de change euro-dollar, le niveau des stocks de produits pétroliers, l'évolution de la demande et aussi les taxes.

Vos commentaires