En ce moment
 
 

Pas assez de volontaires pour accueillir les réfugiés: Fedasil va recourir à des postes intérimaires

 
 

Fedasil va recourir pour la première fois à des travailleurs intérimaires pour combler une partie du manque d'effectifs, ont indiqué vendredi la fédération sectorielle de l'intérim Federgon et l'agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile. Le conseil des ministres a donné son feu vert il y a peu.

Le réseau d'accueil de Fedasil est saturé depuis un an et demi. Plus de 2.000 candidats réfugiés, selon différentes associations, doivent actuellement passer la nuit dehors faute de place dans un centre d'accueil.

Pour tenter de résoudre le problème, Fedasil a ouvert plusieurs centres d'urgence et d'autres doivent ouvrir dans les prochaines semaines. D'importants renforts en personnel sont donc nécessaires, or Fedasil peine à trouver des candidats. 260 postes sont actuellement à pourvoir au sein de l'agence.

"Maximiser les places en centres d'accueil"

En plus de collaborer avec le Forem, Actiris et le VDAB, Fedasil va désormais recourir à des intérimaires. "Cette mesure sera bientôt opérationnelle. Nous étudions pour l'instant la manière de procéder, quels types de fonctions seront ouvertes, dans quels centres, etc.", a expliqué à Belga Benoît Mansy, porte-parole de Fedasil. "Le recours à des travailleurs intérimaires fait partie des mesures qui nous permettront de renforcer nos équipes et ainsi maximiser le nombre de places dans les centres d'accueil."

Un accord-cadre a été conclu entre le SPF Stratégie et Appui (BOSA), d'une part, et les entreprises Randstad, Tempo-Team, Manpower et Start People, d'autre part. Les procédures de recrutement auraient déjà permis de présenter des profils à Fedasil, selon un communiqué de Federgon. 

Fin octobre, le syndicat chrétien CSC avait fustigé l'idée du recours à des intérimaires. "Il est grand temps que le gouvernement prenne la mission de l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile au sérieux et qu'il réalise des investissements structurels", avait-il souligné.


 

Vos commentaires