En ce moment
 
 

La communication faite aux voyageurs belges est "confuse", selon l'opposition: voici la réponse de la Première ministre (vidéo)

  • Critiquée par l''opposition, la Première répond

  • Coronavirus et vacances : les règles imposées pour les retours sont-elles légales ?

  • Coronavirus - Lisbonne, zone rouge : le sentiment des voyageurs

 
 
CORONAVIRUS

Ce jeudi à la Chambre, l'opposition a relayé les critiques formulées à l'encontre des dirigeants politiques dans leur gestion des recommandations que les voyageurs belges sont invités à suivre dans le cadre des départs en vacances ou de leur retour de l'étranger. Certains dénoncent une certain confusion. La Première ministre leur a répondu.

Les autorités ont publié la fameuse liste des zones vertes, oranges et rouges, qui permettent aux voyageurs belges d’être informés des recommandations qu’ils doivent suivre en fonction de leur lieu de séjour durant les vacances. Les vacanciers étaient impatients de la connaître et certains se plaignent d'avoir attendu aussi longtemps pour la découvrir. (Pour connaître cette liste, lisez notre article complet).

Pour obtenir cette information "voyage", il aura fallu attendre plus de 24h

Interrogé ce matin sur Bel RTL au sujet du temps que prenait la mise à jour du site des Affaires étrangères censé communiquer cette liste aux voyageurs belges, le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron, avait expliqué que cela prenait un certain temps. Les autorités se sont heurtées au casse-tête institutionnel habituel pour accoucher de cette information. D'abord, il y a eu une réunion du celeval, la cellule d’évaluation présidée par le service public fédéral Santé publique. Autour de la table, se trouvaient également un membre de Sciensano, un autre du comité scientifique COVID19, du conseil supérieur de la santé, des membres d’administrations des Régions et des Communautés.

Cette cellule a écrit des recommandations qui ont alors été transmises aux experts politiques, c’est-à-dire au cabinet de la Première ministre, de la ministre de la Santé et de celui des Affaires étrangères. Ce n’est qu’à l’issue de cette réunion-là que la décision a pu être prise, puis publiée.

 
L'opposition joue son rôle et critique la gestion de la communication

Durant tout ce processus, la communication a été jugée peu claire. La Première ministre a d’ailleurs été interpellée cet après-midi à la Chambre à ce sujet. "Nous voilà dans le sketch du retour des vacances", a décrit Sofie Merckx, députée fédérale PTB. "Nous sommes le 9 juillet, et beaucoup de gens sont déjà partis à l’étranger, or il y a beaucoup d’incertitudes, beaucoup de confusions", a estimé Patrick Prévot, député fédéral PS. "Bref, c’est le boxon", a carrément lancé Catherine Fonck, députée cdH.

Aux critiques émises, la Première ministre a rappelé la complexité institutionnelle qui caractérise notre pays, tout en soulignant le travail accompli. "Même si nous vivons dans un pays particulièrement compliqué au niveau institutionnel, et on le voit parfois c’est vrai ça nous freine. Il est toujours un peu facile de montrer du doigt un collègue ou une collègue le cas échéant : car la difficulté, elle est là. Nous la traversons ensemble, nous l’avons traversée ensemble. Nous avons bien l’intention de continuer à travailler ensemble dans la même direction car il en va de la sécurité et de la santé de nos concitoyens", a-t-elle répondu, avant de remercier l'assemblée pour son attention. 

 

 

Vos commentaires