En ce moment
 
 

Laurette Onkelinx voit en Monseigneur Léonard une menace pour le compromis belge

La nomination pressentie de Monseigneur Léonard comme primat de Belgique "pourrait bien remettre en cause le compromis belge", a déclaré dimanche la vice-première ministre Laurette Onkelinx. "Cela dépend de lui", a-t-elle précisé.

Rappelant qu'en vertu du protocole de l'Etat, le primat de Belgique se situe par exemple avant le président de la Cour constitutionnelle, Mme Onkelinx a expliqué sur la Une que les positions jugées conservatrices de l'évêque André-Mutien Léonard pourraient remettre en cause le compromis belge qui se fonde sur le principe de neutralité. "Je pourrais dire que cela ne concerne que les catholiques et qu'il y a chez nous une séparation entre l'Eglise et l'Etat. Mais nous ne vivons pas comme en France dans un pays laïc, mais dans un pays neutre qui a réussi à mettre en place un dialogue avec les laïcs et les représentants des différentes confessions pour un vivre-ensemble qui se passe de manière tout à fait harmonieuse", a-t-elle fait valoir, observant que Monseigneur Danneels avait joué un rôle "extraordinaire" à cet égard.

En revanche, a estimé Mme Onkelinx, Monseigneur Léonard a "souvent remis en question des décisions prises par le parlement" et a "des positions éthiques qui posent problème, notamment son opposition à l'avortement et à l'euthanasie". 


Vos commentaires