En ce moment
 

Un député s'en prend au gouvernement à propos de la dotation du prince Laurent: "C’est curieux de clamer qu’il faut sanctionner, alors que dans le même temps, on s’assied sur les règles de droit"

Après un vote secret en séance plénière, la Chambre a approuvé vendredi après minuit une réduction de 15% de la dotation du prince Laurent, par 93 voix pour et 23 contre. Parmi ces voix contre, George Dallemagne. Invité ce matin sur Bel RTL, il a expliqué à Martin Buxant pourquoi.

La lettre du prince Laurent n'aura pas convaincu les députés, jeudi soir, et ils ont décidé de raboter sa dotation. Georges Dallemange, député cdH, était l’invité de Martin Buxant ce vendredi matin et a expliqué pourquoi il n’avait pas voté pour la diminution de cette dotation. Le Prince avait envoyé aux parlementaires un dernier message pour demander qu'ils ne rabotent pas sa dotation pour cette année. Au final, la sanction a quand même été approuvée par 93 députés au milieu de la nuit à bulletin secret. 23 ont voté contre. Et le frère du roi recevra 46 mille Euros de moins pour cette année.


"On sait que la loi est floue, la loi est mal écrite"

Georges Dallemagne, lui, n’était pas pour la diminution de cette dotation et il est même très sévère avec le gouvernement. "Je n’ai pas voté pour cette proposition parce qu’il me semble que lorsqu’on clame qu’il faut sanctionner le prince, parce qu’il aurait bafoué des règles de droit et que dans le même temps, le gouvernement lui-même dans ses procédures ne respecte pas la loi, a-t-il fait remarquer. Il a lui-même annoncé qu’il fallait sanctionner le Prince d’entrée de jeu, alors que c’est une prérogative du Parlement. Il a lui-même diminué cette dotation, d’entrée de jeu, dès le mois de janvier, alors même qu’il n’y avait pas encore eu de sanction de la part du Parlement. Par ailleurs, on sait que la loi est floue, la loi est mal écrite et donc, je pense qu’en l’état, c’est un peu curieux de clamer qu’il faut sanctionner un membre de la famille royale parce qu’il n’aurait pas respecté la loi, alors que dans le même temps, on s’assied sur les règles de droit."


"C’est une lettre, à certains égards, qui est touchante"

Martin Buxant lui a alors demandé ce qu’il avait pensé de la lettre envoyée par le Prince, dans laquelle il se plaint d’être mal traité. "C’est une lettre effectivement dans laquelle il raconte son histoire personnelle, son sentiment personnel. C’est une lettre à certains égards, qui est touchante", a-t-il avoué.

M. Dallemagne a ensuite indiqué que le prince Laurent ne devrait pas travailler « car on ne change pas les règles en milieu de parcours », mais qu’on devrait les changer pour les générations futures.

Vos commentaires