En ce moment
 
 

#Balance ton porc: quand les langues se délient et que les femmes racontent leurs agressions sexuelles

 
 

Depuis que l'affaire Harvey Weinstein a éclaté, des répercussions se font sentir partout dans le monde, et notamment chez nous où de nombreuses femmes ont décidé de parler et de dénoncer les fois où un homme s'en est pris à elle.

L'affaire Weinstein libère la parole de nombreuses femmes. Elles racontent sur les réseaux ociaux des cas d'agressions, de harcèlement, plus ou moins graves, mais toujours inacceptables.

Le hashtag Balance Ton Porc a été lancé il y a 3 jours sur Twitter par Sandra Muller, journaliste pour la Lettre de l'Audiovisuel. La Française travaille à New York et avait d'abord posté ce simple message vendredi soir: "#Balance ton porc : toi aussi raconte, en donnant le nom et les détails d'un harcèlement sexuel que tu as connu dans ton boulot. Je vous attends".

Les réactions ne se sont pas fait attendre : plus de 50 messages publiés à la minute...


"Me prostituer auprès des clients"

Et des témoignages souvent très éloquents. Ils concernent souvent le monde du travail: "Le patron de la boîte pour laquelle je travaillais m'a demandé de me prostituer auprès des clients pour signer des contrats...", raconte cette internaute.

Une journaliste belge explique quant à elle avoir été plaquée contre un mur par un chanteur français. La parole se libère et on se rend compte que les agressions ou faits de harcèlement se produisent partout: à l'école, dans les transports en commun, chez le médecin.


"À ton âge, je l'aurais violée"

"Dans le métro, écrit cette femme, un homme de 50 ans fixe ma jupe et lâche à un jeune à côté de moi : "à ton âge je l'aurais violée". Il a rigolé, ajoute-t-elle. Une autre jeune femme publie même des photos d'elle, agressée physiquement, après avoir repoussé les avances d'un homme dans la rue.

Le #balancetonporc est l'un des plus populaires en ce moment. Les associations se félicitent mais espèrent qu'il ne s'agit pas là d'un simple feu de paille. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.


 




 

Vos commentaires